25.01.2019 à 18:03

Disparue dans les LandesLe compagnon de Laura avoue l'avoir tuée

Un nouveau rebondissement marque l'enquête sur la disparition d'une trentenaire depuis le mois d'août dernier en France.

Aucune autre précision n'a été donnée, notamment sur l'endroit où le corps de la jeune Ardéchoise, âgée de 30 ans, a été retrouvé.

Aucune autre précision n'a été donnée, notamment sur l'endroit où le corps de la jeune Ardéchoise, âgée de 30 ans, a été retrouvé.

DR/facebook

Le compagnon d'une Ardéchoise de 30 ans, Laura Fay, disparue dans les Landes en août dernier, a avoué l'avoir tuée lors d'une dispute, et a été mis en examen et écroué, a annoncé vendredi le procureur de la République de Mont-de-Marsan.

L'homme, Virgile Bourdon, 32 ans, qui était en couple avec la jeune femme depuis huit ans, a été mis en examen pour homicide volontaire par concubin, a indiqué le procureur Olivier Janson en conférence de presse. Le corps de la jeune femme a été retrouvé vendredi matin enveloppé dans un sac de couchage, selon le procureur. La victime, originaire de Villeneuve-de-Berg (Ardèche), n'avait plus donné signe de vie depuis le 6 août.

Aucune autre précision n'a été donnée, notamment sur l'endroit où le corps de la jeune Ardéchoise, âgée de 30 ans, a été retrouvé.

Dispute avec son compagnon

Vendredi matin, le parquet de Mont-de-Marsan a annoncé que la garde à vue du compagnon de la jeune femme, interpellé mercredi, avait été prolongée.

Le procureur de la République Olivier Janson devait tenir une conférence de presse à 17h00 au Palais de justice de Mont-de-Marsan, a ajouté le parquet dans le communiqué.

Originaire de Villeneuve-de-Berg (Ardèche), Laura Fay n'a plus donné signe de vie depuis le 6 août. Ce jour-là, elle avait été vue en fin d'après-midi dans un supermarché de Labrit (Landes), selon le parquet.

Après une dispute avec son compagnon, avec qui elle devait se rendre au festival Musicalarue de Luxey, dans le nord des Landes, la jeune femme était «partie seule avec son vélo, une tente et son sac de couchage, afin de se rendre chez une amie résidant dans la région», avait précisé à l'époque le parquet.

Le parquet avait indiqué en septembre qu'une piste «de nature criminelle était privilégiée», une information judiciaire avait été ouverte pour «enlèvement et séquestration», et les sections de recherches de gendarmerie de Pau et Grenoble saisies.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!