Picardie - Le concubin de la femme retrouvée morte suspecté dans un autre décès
Publié

PicardieLe concubin de la femme retrouvée morte suspecté dans un autre décès

La justice française a annoncé avoir rouvert l’enquête sur la mort, en 2017, de la première épouse de l’homme mis en examen mercredi à Amiens pour l’homicide de sa compagne.

Le parquet d’Amiens, dans le nord de la France, a annoncé vendredi avoir rouvert l’enquête sur la mort d’une femme en 2017. Celle-ci était à l’époque mariée à un homme soupçonné d’avoir tué sa compagne en Picardie mercredi dernier.

Le parquet d’Amiens, dans le nord de la France, a annoncé vendredi avoir rouvert l’enquête sur la mort d’une femme en 2017. Celle-ci était à l’époque mariée à un homme soupçonné d’avoir tué sa compagne en Picardie mercredi dernier.

AFP

Le parquet d’Amiens a rouvert une enquête sur le décès en 2017 d’une femme qui vivait alors avec un homme mis en examen mercredi pour homicide volontaire sur conjoint après la mort de sa nouvelle compagne, a-t-il annoncé vendredi.

«La section de recherches d’Amiens a été saisie pour réouverture d’enquête en recherche des causes de la mort concernant la première épouse de l’homme mis en examen», a indiqué le parquet d’Amiens, sollicité pour confirmer une information du journal «Le Parisien».

«Nous avons rouvert l’enquête pour essayer de voir s’il y a quelque chose de suspect, mais rien ne permet de dire pour l’instant qu’il s’agit d’autre chose que d’une chute», a insisté la procureure adjointe, Anne-Laure Sandretto.

Dimanche, le corps d’une femme de 33 ans avait été découvert à son domicile de Longpré-les-Corps-Saints, dans la Somme. L’autopsie avait révélé de multiples traces de coups au visage et à l’abdomen.

Sa première femme a fait une chute fatale dans l’escalier

Le compagnon de cette femme, âgé de 44 ans, a reconnu en garde à vue lui avoir porté des coups et a invoqué «l’infidélité de la victime» comme mobile de leur dernière dispute, selon Anne-Laure Sandretto. Il avait déjà été condamné pour des violences conjugales sur cette même victime, mère de quatre enfants, dont il partageait la vie depuis 2018.

Sa première épouse, avec qui il a eu trois enfants, était décédée en 2017 au même domicile, après avoir fait une chute dans l’escalier. L’enquête ouverte à l’époque avait été classée sans suite. L’homme avait alors été entendu comme témoin mais il n’y avait eu «aucune suspicion à l’époque», indique la procureure adjointe.

Dans le cadre de sa garde à vue en début de semaine, il n’a pas été interrogé sur ces faits.

«Vraisemblablement, après un certain nombre de vérifications, nous ferons une exhumation (ndlr: du corps de la compagne décédée en 2017), mais pas avant plusieurs semaines», a encore indiqué Anne-Laure Sandretto.

(AFP)

Votre opinion