Valais: Le Conseil d'Etat fixe des limites à Freysinger
Publié

ValaisLe Conseil d'Etat fixe des limites à Freysinger

Le ministre UDC devra remanier la composition du groupe de travail chargé d'étudier les risques qui pèsent sur le canton.

Oskar Freysinger.

Oskar Freysinger.

Keystone

Le gouvernement valaisan a précisé mercredi le profil de ses membres. Après le survivaliste Piero San Giorgio, c'est le chargé de communication externe de M. Freysinger, Slobodan Despot, qui devra le quitter.

«Nous voulons que ce groupe de travail soit constitué de personnes internes au département ou à l'administration, et qui ont un lien avec la sécurité ou les questions migratoires», a dit à l'ats la présidente du Conseil d'Etat Esther Waeber-Kalbermatten, confirmant une information du «Walliser Bote». Or «Slobodan Despot ne correspond pas à ce profil», a-t-elle précisé.

Un groupe de travail est certes de la compétence du département, mais, dans les circonstances actuelles, le gouvernement veut connaître le mandat et la composition de celui-ci. En le présentant aux médias fin novembre, Oskar Freysinger a indiqué que sa réflexion devait aboutir à un catalogue de mesures d'ici 2018. Les risques alimentaires, énergétiques, sociétaux, financiers ou migratoires sont désormais analysés, comme les risques de crue ou de séisme.

Premier écueil

Très vite il est apparu que Piero San Giorgio, auteur d'une vidéo survivaliste dans laquelle il déclare notamment «Notre nature c'est d'être un Waffen-SS», était membre de ce groupe de travail. Après un tollé, le lancement d'une pétition en Valais, et l'intervention du Conseil d'Etat la semaine dernière, M. Freysinger a dû se séparer de son expert, dont la vidéo a été considérée par la présidente du Conseil d'Etat comme «un appel à la haine, indigne de notre société».

Vendredi dernier, le Conseil d'Etat faisait savoir qu'il analysera les conditions dans lesquelles le groupe de travail mis sur pied par Oskar Freysinger a été institué. Il devait en étudier le mandat précis, ainsi que le profil de ses membres. Désormais, il en précise les limites.

Editeur et écrivain d'origine serbe, Slobodan Despot, 49 ans, est le cofondateur et le directeur des éditions Xenia à Sion. Il habite Saillon (VS). Il a été engagé comme chargé de communication externe à temps partiel par Oskar Freysinger à l'été 2013.

(ats)

Votre opinion