Frontières - Le Conseil de l’Europe exhorte la Grèce à cesser de refouler les migrants
Publié

FrontièresLe Conseil de l’Europe exhorte la Grèce à cesser de refouler les migrants

Le Conseil de l’Europe appelle la Grèce à «mettre un terme» aux refoulements de migrants aux frontières turques. Les autorités grecques ont de leur côté démenti ces accusations.

La Grèce dément les accusations du Conseil de l’Europe en insistant sur «l’inébranlable engagement humanitaire des autorités helléniques.»

La Grèce dément les accusations du Conseil de l’Europe en insistant sur «l’inébranlable engagement humanitaire des autorités helléniques.»

AFP

La commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe, Dunja Mijatovic, a exhorté mercredi la Grèce à «mettre un terme» aux refoulements de migrants aux frontières terrestres et maritimes avec la Turquie, des allégations que les autorités grecques ont à nouveau démenties.

«Enquêtes indépendantes»

Dans un courrier adressé mercredi à trois ministres grecs, celui en charge de la Protection des citoyens Michalis Chrysochoidis, le ministre des Migrations et de l’Asile Notis Mitarachi, ainsi que celui de la Marine marchande Giannis Plakiotakis, la commissaire appelle la Grèce à veiller à «ce que des enquêtes indépendantes et efficaces soient menées sur toutes les allégations de refoulement (de migrants) et de mauvais traitements par des membres des forces de sécurité».

Les trois ministres interpellés ont aussitôt à nouveau démenti «de tels prétendus refoulements de migrants» par la Grèce, malgré les nombreux rapports documentés de médias et d’ONG déjà publiés.

Ils ont insisté au contraire sur «l’inébranlable engagement humanitaire des autorités helléniques qui ont permis de sauver la vie de milliers de migrants depuis 2015». «C’est un fait qui ne peut être ni discuté ni ignoré», soulignent les ministres dans une réponse commune à la commissaire.

Dunja Mijatovic s’est dite pourtant «profondément inquiète» du «nombre d’allégations crédibles de retours sommaires». «Ces pratiques, largement dénoncées et documentées depuis plusieurs années, empêchent les personnes renvoyées à la frontière sans identification individuelle (…) de demander une protection», estime-t-elle. «De plus, la manière dont ces opérations sont menées selon les rapports serait clairement incompatible avec les obligations de la Grèce en matière de droits de l’homme», ajoute-t-elle.

«Dans de tels cas, les États membres ne peuvent pas vérifier» que les migrants ne sont pas renvoyés en Turquie «en violation, par exemple, de l’article 3 de la Convention européenne des droits de l’homme et de la Convention des Nations Unies sur les réfugiés, qui interdit les refoulements».

«Actions en conformité parfaite»

Pour les trois ministres grecs, «les actions prises par les autorités grecques, sur nos frontières maritimes, sont menées en conformité parfaite avec les obligations internationales du pays».

Selon plusieurs médias et ONG, des migrants présents sur le territoire grec ou dans les eaux grecques ont été contraints de retourner en Turquie voisine avant de pouvoir déposer des demandes d’asile en Grèce.

L’Agence européenne des gardes-frontières Frontex a également été accusée d’être impliquée dans ces pratiques, mais son patron s’était défendu en mars devant les eurodéputés, affirmant qu’il n’existait aucune «preuve» de cette implication.

La commissaire exhorte par ailleurs la Grèce à «reconsidérer le caractère fermé» des futurs camps de migrants sur son territoire, afin d’assurer «la liberté de mouvement de leurs occupants», estimant la détention «très dommageable pour la santé mentale (des migrants), particulièrement les enfants».

Dans leur réponse, Michalis Chrysochoidis, Notis Mitarachi et Giannis Plakiotakis précisent que «la liberté de mouvement des résidents» à l’intérieur et à l’extérieur du camp sera «préservée», le seul secteur du camp soumis selon eux à des «limitations» sera la zone de rétention prévue pour les migrants renvoyés en Turquie.

«Le gouvernement grec n’applique pas la politique du confinement pour les réfugiés sur les îles égéennes. Les seules limitations sur la liberté de mouvement des demandeurs d’asile pendant leurs procédures sur les îles sont associées à l’application de la déclaration UE-Turquie» de 2016, écrivent-ils, soulignant toutefois que «les îles égéennes ne peuvent plus servir de zones tampons surpeuplées».

(AFP)

Votre opinion