Publié

DivergencesLe Conseil des Etats ne veut pas limiter l'engagement de l'armée

L'armée devrait pouvoir, si nécessaire, apporter son appui aux polices de Zurich, Berne, Vaud et Genève après 2015.

Keystone

Malgré la volonté répétée du National, le Conseil des Etats a campé lundi sur ses positions: la prolongation de cette mission de sécurité intérieure ne doit pas forcément être la dernière.

Les deux Chambres sont acquises à la prorogation de trois ans de l'engagement de l'armée pour surveiller les ambassades ainsi que pour assurer la sécurité dans les transports aériens. Mais, au National, la gauche et l'UDC font le forcing pour éviter que cette situation provisoire ne devienne un fait accompli. Aux cantons, selon eux, de prendre leurs responsabilités et de débloquer les effectifs policiers nécessaires.

Une nouvelle fois, les sénateurs ont refusé tacitement de suivre. Il faut se laisser une porte ouverte, afin de pouvoir prendre une décision en 2015 sur la base de l'évolution de la situation jusqu'à ce délai, a fait valoir le ministre de la défense Ueli Maurer.

Le nombre des militaires engagés auprès des représentations diplomatiques devrait de toute façon être abaissé progressivement d'un maximum de 125 à 80 entre 2013 et 2014. Il devrait si possible être encore réduit en 2015. Les dépenses diminueront de 38,78 à 38,36 millions de francs par an pour la Confédération et augmenteront de 2,54 à 3,13 millions pour les cantons.

Réduction aussi des effectifs de la Sécurité militaire engagés dans les avions (Tiger). Le contingent devrait passer de 20 au maximum à 10 au plus. L'engagement de tels militaires au sol, toujours pour la sécurité aérienne (Fox), devrait quant à lui prendre fin déjà en 2012.

(ats)

Votre opinion