Covid-19 - «Le Conseil fédéral ne pourra pas éviter de nouvelles mesures dans les prochaines semaines»
Publié

Covid-19Selon la cheffe de la Task Force, «l’hiver sera dans tous les cas difficile»

Tanja Stadler prône une action rapide pour freiner la nouvelle vague des cas. Faute de quoi, la Suisse doit s’attendre à 30’000 hospitalisations supplémentaires.

Tanja Stadler a pris la tête de la Task Force Covid de la Confédération en août dernier. 

Tanja Stadler a pris la tête de la Task Force Covid de la Confédération en août dernier.

Dominik Plüss

La cheffe de la Task Force scientifique de la Confédération Tanja Stadler n’est guère optimiste sur l’évolution du Covid-19 en Suisse ces prochaines semaines. Au vu de l’augmentation des cas et de la stagnation du nombre de personnes vaccinées, il est clair pour elle que «l’hiver sera dans tous les cas difficile», indique-t-elle dans une interview accordée à la «SonntagsZeitung». Et d’avancer: «le Conseil fédéral ne pourra pas éviter de réfléchir sérieusement à un nouveau train de mesures dans les prochaines semaines».

Risque de 30’000 hospitalisations supplémentaires

Elle appelle à une action rapide pour freiner la vague de cas actuelle «que ce soit par la limitation des contacts ou une autre pression rapide pour la vaccination». Sinon, on peut s’attendre à 30’000 hospitalisations supplémentaires, avertit-elle. Tanja Stadler ne précise toutefois pas quelles mesures seraient nécessaires. C’est au monde politique de décider, répond-elle.

Elle souligne toutefois que toutes celles prises actuellement, soit les masques, les règles d’hygiène, les certificats ou les rappels de vaccin, sont utiles. «J’espère simplement que nous pourrons éviter des fermetures à grande échelle», indique-t-elle. Mais avant d’en arriver là, elle prône que tous les moyens existants soient combinés ou épuisés. Ainsi l’obligation de certificat pourrait être étendue aux lieux de travail. Une autre possibilité serait d’introduire l’obligation du masque pour les événements avec certificat, cite-t-elle encore.

Pour Tanja Stadler, la 3e dose dite «booster», six mois après la 2e, aiderait la Suisse à mieux passer l’hiver. À condition toutefois qu’elle soit distribuée à l’ensemble de la population. Mais les autorités disposent d’encore un peu de temps pour s’organiser, selon elle. Comme la majorité de la population a été vaccinée à partir de mi-juin, il faudrait commencer à partir de décembre, a-t-elle calculé.

(cht)

Votre opinion

245 commentaires