Coronavirus: Le Conseil fédéral propose de raccourcir les quarantaines
Publié

CoronavirusLe Conseil fédéral propose de raccourcir les quarantaines

Le gouvernement envisage de faire passer le nombre de jours en isolement de 10 à 7 jours. Il présente trois variantes. Les cantons sont consultés.

par
Christine Talos
Une réglementation plus stricte s’appliquerait aussi aux vols: les compagnies aériennes devront contrôler avant l’embarquement si les passages disposent d’un résultat de test PCR négatif.

Une réglementation plus stricte s’appliquerait aussi aux vols: les compagnies aériennes devront contrôler avant l’embarquement si les passages disposent d’un résultat de test PCR négatif.

AFP

Depuis le 6 juillet 2020, les voyageurs ou les Suisses qui rentrent au pays en provenant de zones à risque doivent observer une quarantaine de 10 jours. Mais celle-ci pourrait bien baisser à la demande des représentants des milieux économiques. Le Conseil fédéral a soumis mercredi une révision de l’ordonnance ad hoc aux cantons.

Le Conseil fédéral étudie donc un raccourcissement de la quarantaine sur la base de données scientifiques qui montrent que la levée de l’isolement «au plus tôt le 7e jour n’a pratiquement aucune influence sur l’efficacité de la mesure à̀ condition que le test PCR réalisé le 6e jour soit négatif», souligne l’ordonnance. Le gouvernement propose dès lors trois variantes.

- Variante 1: la quarantaine peut être levée si la personne concernée effectue un test rapide antigénique ou un test PCR à partir du 7e jour suivant le dernier contact avec une personne infectée et qu’elle obtient un résultat négatif.

- Variante 2: la personne concernée effectue un test rapide antigénique ou un test PCR le jour où elle est contactée par son service cantonal, puis un second test à compter du 7e jour suivant le dernier contact avec la personne infectée. Si les deux résultats sont négatifs, la quarantaine peut être levée.

- Variante 3: la personne en quarantaine effectue un premier test cinq jours après le dernier contact avec le cas confirmé. Si le résultat est négatif, la quarantaine pourrait être levée. Mais comme nombre de gens développent des symptômes après ces 5 jours, le Conseil fédéral souligne qu’une fin de la mesure à cette date ne serait possible que si un second test est réalisé le 7e jour et que les cantons sont en mesure d’en garantir le contrôle.

La variante 1 est recommandée

Dans sa proposition d’ordonnance, le Conseil fédéral souligne que la variante 1 est soutenue par neuf médecins cantonaux (six avis négatifs), la variante 2 convainc quatre médecins cantonaux (dix avis négatifs), tandis que la variante 3 n’est privilégiée que par un seul médecin cantonal (pour quinze avis négatifs). «Le principal argument contre un changement des règles en matière de quarantaine pour les contacts est l’apparition, en Suisse, des nouvelles mutations du virus, qui sont plus contagieuses», explique-t-il.

Par ailleurs, la variante 1 est considérée comme réalisable, ce qui n’est pas le cas des variantes 2 et 3, estime le Conseil fédéral. Le rapport coûts-bénéfices est jugé trop négatif surtout en ce qui concerne la variante 3. En outre, les capacités de test disponibles risquent d’être insuffisantes.

Du coup, le Département fédéral de l’intérieur propose aux cantons d’adopter la variante 1, pour autant que les cantons soient en mesure de mettre en œuvre le dépistage après le septième jour. «Pour les personnes concernées, cette solution présente le net avantage de voir se terminer la quarantaine plus tôt, pour un risque d’infections supplémentaires minime et une charge de travail raisonnable au niveau des cantons», souligne-t-il.

Aussi pour les voyageurs de zones à risque

Le Conseil fédéral est également favorable pour appliquer la variante 1 aux voyageurs en provenance des zones ou pays à risques. Les personnes entrant en Suisse devront présenter un test PCR négatif et se mettre en quarantaine. A partir du 7e jour, elles peuvent à leurs frais, se soumettre à un test PCR ou à un test rapide antigénique. Un résultat négatif met fin à la quarantaine, avec l’accord du canton. Quant aux voyageurs qui ne peuvent pas présenter de test négatif à leur arrivée, ils doivent se faire tester à leur arrivée et disposent de 48 heures pour contacter le canton compétent, sous peine d’amende.

Par ailleurs, une réglementation plus stricte s’applique aux vols: les compagnies aériennes devront contrôler avant l’embarquement si les passages disposent d’un résultat de test PCR négatif.

Berne veut aussi à l’avenir que toutes les personnes entrant en Suisse en provenance d’un État ou zone à risque soient tenues d’enregistrer leurs coordonnées. «Il s’agit de saisir l’entrée, quel que soit le moyen de transport utilisé (train, bus, bateau, avion ou véhicule privé)», précise le Conseil fédéral.

Enfin, le Conseil fédéral propose de lever l’interdiction des vols au départ du Royaume-Uni et de l’Afrique du Sud. «Pour ces deux pays, il s’agit d’appliquer le même régime que pour tous les autres Etats tiers», conclut le gouvernement.

Votre opinion