Publié

ParlementLe Conseil national rend hommage à René Felber

La présidente de la Chambre du peuple, la Vaudoise Isabelle Moret, a prononcé l’éloge funèbre de l’ancien conseiller fédéral neuchâtelois décédé le 18 octobre dernier.

Le Conseil national a rendu hommage lundi à l’ancien conseiller fédéral René Felber, décédé le 18 octobre à l’âge de 87 ans. Isabelle Moret (PLR/VD) a prononcé l’éloge funèbre au dernier jour de sa présidence du Conseil national.

«René Felber est un cas d’école pour l’instruction civique, a déclaré la Vaudoise. Il a rempli toutes les fonctions politiques à l’échelon communal, cantonal et fédéral». Ceux qui l’ont côtoyé ont toujours admiré la cohérence de son action.

Elu en 1987 au Conseil fédéral, le Neuchâtelois à la tête des affaires étrangères aura été le premier conseiller fédéral à avoir plaidé ouvertement pour l’adhésion de la Suisse à l’Union européenne. Il souhaitait que son pays s’inscrive «dans le mouvement européen qui avait garanti à la Suisse 50 ans de paix», a indiqué Isabelle Moret citant les mots du ministre.

Il n’avait cependant pas réussi à convaincre le peuple d’adhérer au traité sur l’Espace économique européen (EEE). Vingt ans plus tard, il s’amusait de voir que la voie bilatérale développée au fil des ans remplaçait les accords prévus par l’EEE.

René Felber, ici en 1990.

René Felber, ici en 1990.

KEYSTONE

Partisan de l’ouverture

Après la chute du Mur de Berlin et la dissolution du bloc de l’Est, l’ancien chef de la diplomatie suisse a renforcé la dimension solidaire des relations extérieures de la Suisse, selon Mme Moret. La Confédération a été parmi les premiers pays à reconnaître et à coopérer avec les pays d’Europe centrale et orientale.

«Il avait le sens de l’histoire», a poursuivi la présidente du National. René Felber a été un «ministre des affaires étrangères lucide et engagé». «Il a exercé sa fonction avec passion et sans calculs, fidèle aux convictions de sa jeunesse».

René Felber a été ministre des affaires étrangères jusqu’en 1993. Né à Bienne, le Neuchâtelois avait commencé sa carrière politique dans les rangs socialistes en 1960 au parlement communal du Locle. Il avait siégé au National de 1967 à 1981. Les députés ont observé une minute de silence.

(ATS/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!