Publié

FootballLe conte de fées du Leicester norvégien

Le petit club de Bodø/Glimt est devenu champion de Norvège dimanche, alors que ses supporters le condamnaient à la relégation en début de saison.

par
Sylvain Bolt
La surprenante équipe de Bodø/Glimt a mis un terme à l’hégémonie des cadors Rosenborg et Molde en Norvège. 

La surprenante équipe de Bodø/Glimt a mis un terme à l’hégémonie des cadors Rosenborg et Molde en Norvège.

KEYSTONE

Le Danemark et son illustre auteur Hans Christian Andersen n’ont pas le monopole des contes de fées. Le club norvégien du FK Bodø/Glimt l’a prouvé en décrochant dimanche son premier titre de champion en 104 ans d’existence. Le petit club de la ville de Bodø (50’000 habitants), située au nord du cercle polaire près des splendides îles Lofoten, n’avait besoin que d’un point sur la pelouse de Strømsgodset. Bodø/Glimt a ramené un succès (2-1) dans la soirée grâce à des réalisations de Kasper Junker et de Philip Zinckernagel.

Ce succès permet à l’équipe norvégienne de ne plus pouvoir être rejointe par le grand Molde à cinq journées du terme du championnat. Son bilan? 68 points glanés en 25 journées (dont 22 victoires). L’exploit est de taille pour cette équipe dont on a longtemps collé à son maillot l’étiquette de club de pêcheurs et de fermiers.

Les joueurs ont fait un tour de leur ville en bus londonien. 

Les joueurs ont fait un tour de leur ville en bus londonien.

KEYSTONE

Le club n’a été accepté dans le championnat norvégien (comme les autres équipes du nord du pays) que dans les années 1970. Pour une raison (officielle) de distance, la capitale Oslo étant située à 1200 km. En début de saison, même les fans pariaient sur la relégation de leur club, en raison du petit budget et des nombreux départs de joueurs. Promu en 2017, Bodø/Glimt a évité de justesse la relégation en 2018, avant de décrocher une surprenante deuxième place en 2019.

Un coach mental pilote de combat

Parmi les grands artisans du titre: Jens Petter Hauge, qui a rejoint le Milan AC en septembre dernier, à la suite de la confrontation de Ligue Europa entre le club norvégien et les Lombards, contre lesquels il avait brillé. Hauge a débloqué son compteur en Serie A face au Napoli quelques heures après le sacre de son ancienne équipe dimanche. Comme un symbole.

Le site alémanique Watson rapporte également les propos du capitaine de Bodø/Glimt, Ulrik Saltnes, expliquant que le préparateur mental du club norvégien a joué un rôle prépondérant dans la conquête du titre. Björn Mannsverk, c’est son nom, a été pilote de combat en Afghanistan. Et a apparemment été l’une des armes secrètes de la conquête du surprenant titre avec ses séances de méditation.

Le club hipster du football

Depuis 1974, le symbole du club est une…brosse à dents. L’histoire racontée par la BBC remonterait à un supporter, qui eu de la peine à faire chanter en chœur la tribune du stade de Bodø/Glimt. Demandant de l’aide à son voisin, il reçut une brosse à dents pour diriger les chants. Dans l’enceinte, un saumon géant trouve aussi sa place dans les gradins.

Bodø/Glimt est devenu un tel phénomène, que le Spiegel le nommait récemment «le club hipster du monde du football». Le New York Times a lui décrit Glimt comme une «Must-See Team» (équipe qu’il faut absolument voir jouer). Selon le Spiegel, le succès de Bodø s’explique également par un système de jeu offensif en 4-3-3, avec «un pressing extrêmement haut, mettant sous pression l’adversaire dans ses seize mètres.» Et des schémas faisant fantasmer les blogs spécialisés dans le décryptage des tactiques.

Au niveau des statistiques du club norvégien (85 buts marqués et seulement 27 encaissés… en 25 matches), il n’y a pas non plus grand-chose à redire. Le coach Kjetil Knutsen, intronisé en 2017 alors qu’il était assistant, a fait «d’une équipe de contre une équipe dominante dans le jeu avec une très haute intensité», résumait fièrement Aasmund Bjørkan, directeur sportif interrogé par le Spiegel.

Le prochain rêve du dirigeant: la phase de groupes de la Ligue des champions. Afin que le conte de fées se poursuive?

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
3 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Bravo

24.11.2020 à 16:17

Regardez-moi tous ces sportifs imbéciles sans masques et l’un sur l’autre...et après on dira que le sport c’est la santé...oui, mais il faut que ce soit fait dans la prudence...surtout pour des champions qui devraient donner l’exemple...