Actualisé

EnquêteLe copinage gangrène les commandes fédérales

Des fonctionnaires et des ex-fonctionnaires fédéraux n'hésitent pas à profiter des mandats de la Confédération.

par
J. Schmidli
M. Stoll
T. Plattner

Des fonctionnaires fédéraux très pointus dans leur domaine créent des sociétés indépendantes de conseils ou de services. Ils revendent ensuite à prix d’or leurs compétences à la Confédération par le biais d’appels d’offres publiques qu’ils remportent facilement. Normal : ils connaissent tous les rouages, les critères d’évaluation et les besoins.

Autre cas de figure fréquent : l’employé d’un bureau d’études ou d’ingénieurs est engagé comme fonctionnaire dans un office en rapport avec ses qualifications précédentes. Son ancien patron obtient souvent, comme par hasard, des mandats de cet office. Bref, à chaque fois que la Confédération achète quelque chose – elle le fait pour 5,4 milliards de francs par an – elle se meut dans un environnement où les relations entre fonctionnaires fédéraux et entreprises privées s’entremêlent dangereusement. Des gardes-fou existent, mais ils sont insuffisants ou mal appliqués.

Votre opinion