Publié

MaladieLe Coronavirus MERS a tué dix personnes aux Emirats

Dix personnes sont décédées aux Emirats arabes unis des suites du coronavirus MERS et 68 autres ont été infectées depuis mars 2014, a indiqué le ministre de la Santé, Abdel Rahmane al-Ouwais.

Le coronavirus MERS a tué dix personnes aux Emirats arabes unis depuis mars 2014

Le coronavirus MERS a tué dix personnes aux Emirats arabes unis depuis mars 2014

AFP

Le coronavirus MERS a tué 10 personnes aux Emirats arabes unis depuis 2013 et 68 autres ont été infectées, selon le ministre de la santé.

Le ministre Abdel Rahmane al-Ouwais, cité mercredi par la presse locale, a fourni ce dernier bilan mardi devant le Conseil fédéral national, un Parlement dont la moitié des membres sont élus.

Un premier cas de décès, celui d'un urgentiste philippin avait été annoncé le 11 avril dernier dans ce pays du Golfe.

L'Arabie saoudite, premier foyer de la maladie, vient de revoir à la hausse le nombre de morts du coronavirus MERS dans le royaume. Le ministère saoudien de la Santé annonçait mardi 282 décès, alors qu'un jour auparavant il faisait état de 190 morts depuis l'apparition de la maladie dans cet autre pays du Golfe en 2012.

Pas d'état d'urgence de santé publique de portée globale

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a annoncé mi-mai qu'elle ne déclarait pas d'état «d'urgence de santé publique de portée globale», en l'absence de preuves d'une transmission du virus d'homme à homme.

Elle a toutefois ajouté que la gravité de la situation avait «augmenté en termes d'impact sur la santé publique».

Le coronavirus MERS est considéré comme un cousin, plus mortel mais moins contagieux, du virus responsable du Syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), qui avait fait près de 800 morts dans le monde en 2003.

Comme lui, il provoque une infection des poumons, et les personnes touchées souffrent de fièvre, de toux et de difficultés respiratoires. A la différence du SRAS, il génère aussi une défaillance rénale.

Il n'existe pour l'heure aucun traitement préventif contre le coronavirus MERS.

(AFP)

Ton opinion