Football - Le coup d’accélérateur du foot féminin en chiffres
Publié

FootballLe coup d’accélérateur du foot féminin en chiffres

Les investissements dans le football féminin ont augmenté ces 5 dernières années avec l’entrée en lice des grands clubs. Mais comment cela se traduit-il au niveau des chiffres?

par
Thibaud Oberli
Ramona Bachmann (g), qui évolue au PSG, dans un dribble sur sa capitaine en équipe nationale, Lia Wälti (d), qui évolue à Arsenal, lors du quart de finale de la Ligue des champions 2020 à San Sebastián.

Ramona Bachmann (g), qui évolue au PSG, dans un dribble sur sa capitaine en équipe nationale, Lia Wälti (d), qui évolue à Arsenal, lors du quart de finale de la Ligue des champions 2020 à San Sebastián.

Freshfocus

Une expansion qui se poursuit. Portée en partie par les grandes compétitions internationales, l’attention portée au football féminin a grandi ces dernières années. Un phénomène qui s’auto-alimente, puisque la visibilité apporte son lot d’investissements financiers.

Pour questionner cet état de fait, l’Observatoire du football du Centre International d’Études du Sport (CIES) s’est arrêté sur les chiffres de cette croissance, mais c’est à travers les données démographiques des clubs et des ligues que l’Institut basé à Neuchâtel est parvenu à dresser une étude scientifique de la situation.

Des effectifs plus grands et plus variés

Selon le rapport, qui porte sur la période 2016-2021, un premier signe qui ne trompe pas est celui de l’évolution du nombre de joueuses par équipe. En 2016, les effectifs des clubs des 10 meilleures ligues comptaient en moyenne 24,24 joueuses. Cinq ans plus tard, cette moyenne s’élève à 25,78 (+6,35%), malgré une petite récession en 2020, attribuable aux perturbations liées au Covid.

L’évolution des effectifs.

L’évolution des effectifs.

Crédit: Rapport mensuel de l’Observatoire du football CIES n°66 - Juin 2021

Si les disparités restent énormes entre les ligues, l’évolution des joueuses expatriées a aussi pris l’ascenseur. L’évolution générale est très importante: en 2016, 21,6% des footballeuses étaient expatriées. Elles sont 33% (+52,77%) en 2021. Les «traditionnels» grands championnats européens semblent avoir capté une bonne partie de cette croissance, comme le montre l’évolution des chiffres en Italie (+544%) ou en France (+147%). Mais le championnat suédois, pionnier de longue date du football féminin, est la deuxième destination privilégiée.

Minutes disputées par les joueuses expatriées en 2021.

Minutes disputées par les joueuses expatriées en 2021.

Crédit: Rapport mensuel de l’Observatoire du football CIES n°66 - Juin 2021

Ce phénomène peut s’expliquer par l’importance grandissante accordée par les grands clubs masculins à posséder et entretenir une équipe féminine compétitive. L’étude postule que ce phénomène est responsable de «changement de structuration» de la discipline et que cette tendance pourrait bien se poursuivre à l’avenir

L’Europe attractive

Si l’Europe compte actuellement les ligues les plus compétitives, notamment grâce à la Ligue des champions et exception faite pour le championnat nord-américain, il est intéressant de noter que la plus grande partie des joueuses expatriées vient d’Amérique du Nord (USA: 87, CAN: 37). La Suisse n’a pas à rougir: avec 35 joueuses évoluant à l’étranger, elle se classe dans le Top 10 des pays fournissant le plus d’expatriées, soit autant que la France ou l’Islande.

L’utilisation des joueuses évoluant dans leur sélection nationale est lui aussi en progression. En 2016, elles disputaient 39,9% des minutes de jeu possible. Cette proportion est passée à 45,9% en 2021. Dans trois championnats, la Women’s Super League anglaise (66,2%), la NWSL américaine (52,9%) et la Féminine Division 1 française (50,7%), elles représentent même la majorité du temps de jeu.

En zoomant sur les effectifs des clubs, avec toujours en tête la présence de joueuses internationales, on remarque encore une fois la tendance des grands clubs à coopter la crème des joueuses. Si ce n’est quelques surprises, les grandes écuries du continent tiennent le haut du pavé, peut-être pour longtemps.

Nombre de joueuses évoluant en sélection nationale par club.

Nombre de joueuses évoluant en sélection nationale par club.

Crédit: Rapport mensuel de l’Observatoire du football CIES n°66 - Juin 2021

Votre opinion