Tennis: Le coup de moins bien de Wawrinka

Actualisé

TennisLe coup de moins bien de Wawrinka

Très impressionnant mercredi, le Vaudois est subitement redevenu lourd et emprunté face à Marton Fucsovics hier. Le prix de la reconstruction.

par
Mathieu Aeschmann
Stan Wawrinka n'a jamais trouvé le bon rythme à l'échange contre le Hongrois Marton Fucsovics.

Stan Wawrinka n'a jamais trouvé le bon rythme à l'échange contre le Hongrois Marton Fucsovics.

Keystone

Mercredi soir, assis sur un banc du parc des Eaux-Vives, Marton Fucsovics avait laissé échapper ce lapsus. «Si Stan se qualifie, ce serait une belle opportunité de le battre… enfin de l'affronter.» Le Hongrois n'avait pas encore vu le récital de Stan Wawrinka contre Donaldson mais il avait déjà flairé la belle affaire. Il savait qu'un champion qui se reconstruit peut faire des étincelles comme des ratés. Il savait aussi que la frontière entre ces deux extrêmes est si fine lors d'un retour de blessure qu'il n'y avait pas meilleur timing pour s'attaquer au double tenant du titre.

Marton Fucsovics avait vu juste. Car ce jeudi, Stan Wawrinka n'a jamais réussi à faire rugir le «Stanimal» qui s'était réveillé mercredi soir. Le Vaudois a pourtant lutté, contre ces jambes qui manquaient d'explosivité ou ce coup droit qui n'a jamais giclé dans le bon timing. Il a ensuite décidé de reculer de deux mètres pour mieux arrondir ses frappes et tenter de dérégler l'impeccable rythme de Fucsovics. La manœuvre lui procura six balles de break au début du deuxième set (0-1). Malheureusement, cinq d'entre elles se heurtèrent à son incapacité à lâcher l'accélération salvatrice.

«J'avais l'impression de n'avoir qu'une seule vitesse, expliquait-il après la douche dans un exercice d'autocritique très convaincant. Il est difficile de mettre des mots sur ce qui m'est arrivé. Je me sentais un peu mou, vide même.» De son propre aveu, le Vaudois ressent de telles «rechutes» parfois à l'entraînement. «Je m'en rends compte tout de suite, dès les premières frappes. Mais je lutte, je me fais violence. Après, je sais aussi que cela peut m'arriver et, aujourd'hui, je m'y attendais un peu. Après presque une année sans compétition à très haut niveau, il me manque des choses.»

Pas découragé

Stan Wawrinka le sait, ce Geneva Open aura été le parfait miroir de sa lente reconstruction. Il aura d'abord souligné tout ce qui a déjà été formidablement bien fait («mercredi, j'ai été bluffé de réussir à tout mettre en place»). Puis il aura étalé toutes les incertitudes qui jalonnent encore ce long processus. «Je dois continuer à bosser très dur pour que ces variations de niveau deviennent de plus en plus rares. Mais rassurez-vous, j'ai fait tellement d'efforts pour revenir que ce n'est pas une journée comme ça qui va me décourager.» Surtout pas maintenant, à deux jours de Roland-Garros.

Porte d'Auteuil, Stan Wawrinka retrouvera Guillermo Garcia-Lopez, cet Espagnol altier qui l'avait surpris avant le crépuscule lors d'un premier tour foireux en 2014. Un défi finalement dérisoire tant «Stanimal» lutte depuis dix mois avant tout avec lui-même. Dans ce combat, le Vaudois trouvera-t-il un allié dans le format en cinq sets qui l'attend à Paris? «On verra. Quand je me sens bien, cela ne change rien. Mais peut-être que dans un mauvais jour comme aujourd'hui, ce format me donnera une chance de me relancer. Et puis il y a surtout le jour de repose entre chaque match qui fait du bien au corps.» Ce sont au moins deux motifs d'espoir de retrouver à Roland le Stan Wawrinka de mercredi soir. Pas celui de jeudi.

Le point

Geneva Open. Tournoi ATP (501 345 euros/terre battue)

Simple. 8es de finale: Pella (Arg) bat Querrey (EU/1) 7-5 6-7 (6/8) 7-6 (7/4). Johnson (EU/6) bat Rosol (Tch) 6-4 4-6 6-3.

Quarts de finale: Fucsovics (Hon) bat Wawrinka (S/3) 6-4 6-0. Fognini (Ita/2) bat Sandgren (EU) 7-6 (7/3) 7-6 (7/5). Johnson bat Pella 6-3 6-4. Gojowczyk (All) bat Seppi (Ita/7) 6-3 6-7 (3/7) 6-3.

Double. Quart de finale: Lindstedt/Vasilevski (Suè/Bié) battent Bellier/Nickles (S) 7-6 (7/5) 3-6 12/10.

Aujourd'hui

Simple. Demi-finales. 14 h: Gojowczyk - Fognini, suivi de Johnson - Fucsovics.

Le chiffre

485

Soit en minutes la journée de travail de Steve Johnson hier. Vainqueur de Lukas Rosol le matin, l'Américain avait retrouvé toute son énergie pour croquer Guido Pella trois heures plus tard et se qualifier pour les demi-finales. Deux victoires en 7 h 05 pour 70 points ATP et 20 000 francs, voilà une journée bien remplie.

Ton opinion