Politique d'asile: Le coût des "vols spéciaux" a pris l'ascenseur
Publié

Politique d'asileLe coût des "vols spéciaux" a pris l'ascenseur

En six mois, l'Office fédéral des migrations (ODM) a organisé 16 vols pour 62 personnes avec une facture approchant le million de francs. La presse dominicale signale aussi un boom des retours volontaires.

L'ODM prépare un nombre plus élevé de renvois qu'en 2011 et a obtenu le feu vert pour des vols partant de Lugano-Agno.

L'ODM prépare un nombre plus élevé de renvois qu'en 2011 et a obtenu le feu vert pour des vols partant de Lugano-Agno.

Keystone

Le renvoi d'un requérant débouté a coûté en moyenne 16'000 francs au premier semestre 2012. C'est 5000 francs de plus que la moyenne de l'an dernier, a calculé la SonntagsZeitung.

Le prix varie notamment en fonction de la distance à parcourir et de la grandeur de l'appareil, a expliqué Jürg Walpen, porte-parole de l'ODM. A cela s'ajoutent les frais de carburant.

L'ODM prépare un nombre plus élevé de renvois qu'en 2011 et a obtenu le feu vert pour des vols partant de Lugano-Agno (TI), selon le journal dominical alémanique. Ce qui vise à décharger les lieux de départs utilisés jusqu'ici: Berne, Zurich et Genève.

"La décision définitive est déjà tombée au début de l'année", a précisé Michael Glauser, également porte-parole de l'ODM. Agno remplit les conditions nécessaires et ses responsables ont donné leur accord.

Boom des retours volontaires

Der Sonntag rapporte de son côté que les requérants d'asile qui rentrent volontairement dans leur pays n'ont jamais été aussi nombreux. Citant les chiffres de l'ODM, il relève que 2054 demandeurs d'asile sont rentrés de leur plein gré durant les six premiers mois de l'année.

C'est un nombre pas très éloigné de celui enregistré durant toute l'année 2011, soit 2771. La Confédération avait alors déboursé plus de 4 millions de francs à cet effet, contre 3 millions pour le premier semestre 2012.

Tous les requérants déboutés ne touchent cependant pas le même montant au titre de l'aide au retour. Elle diffère fortement en fonction du pays d'origine. Les Nigérians viennent en tête avec en moyenne près de 6000 francs, suivis des Irakiens avec 5257 francs et des Sri-Lankais avec 3366 francs. En revanche, les Macédoniens et les Serbes ne reçoivent qu'une obole de 100 à 200 francs par personne.

L'ODM ne nie pas qu'il existe un potentiel d'abus, reconnaît Michael Glauser. C'est la raison pour laquelle la Confédération, en collaboration avec les ambassades et les organisations non gouvernementales, veille à ce que le soutien financier soit dépensé pour les projets prévus. Ils vont par exemple de l'élevage du bétail au lancement d'une entreprise de taxi, en passant par l'ouverture d'un café internet.

(AP)

Votre opinion