Suisse: Le Covid a exacerbé les inégalités professionnelles de genre
Publié

SuisseLe Covid a exacerbé les inégalités professionnelles de genre

Travail.Suisse publie son baromètre qui conclut que les femmes ont encore de moins bonnes conditions de travail que leurs homologues masculins.

Photo d’illustration.

Photo d’illustration.

AFP

La crise de coronavirus a exacerbé l’inégalité des conditions de travail entre les hommes et les femmes, et ces dernières ont été les grandes perdantes de la crise, selon Travail.Suisse. Son baromètre sur les conditions de travail indique également que le télétravail est généralement considéré comme une «épée à double tranchant».

Déjà avant la pandémie, les notes données par les femmes à leurs conditions de travail étaient moins bonnes que celles attribuées par leurs collègues masculins. Cette différence entre ces deux groupes de salariés a plus que doublé en 2020, montrant une exacerbation de l’inégalité des conditions de travail, indique Travail.Suisse dans un communiqué.

Cette dégradation peut s’expliquer par la surcharge de travail qui a frappé les domaines essentiels, comme le commerce de détail ou le domaine des soins et du social. Des secteurs dans lesquels une grande proportion de femmes travaillent.

Le secteur de la santé a été particulièrement affecté. Il est le seul domaine à recevoir uniquement des notes plus faibles que l’année précédente dans le baromètre, précise l’organisation faitière des travailleurs.

«Le secteur de la santé protège nos vies, mais il est l’un des perdants – de meilleures conditions de travail pour le personnel infirmier sont nécessaires de toute urgence», demande Adrian Wüthrich, président de Travail.Suisse, ancien conseiller national (PS/BE), cité dans le communiqué.

Autre effet du coronavirus, indirect cette fois: le télétravail est perçu comme «une arme à double tranchant». L’absence de trajets entre les lieux de domicile et de travail ainsi que le calme régnant à domicile sont appréciés. Par contre, le fait d’être accessible en permanence et le raccourcissement, voire la suppression des pauses, sont considérés comme des conséquences négatives du télétravail.

Stress, insécurité de l’emploi et salaire

Le stress, le peu d’influence sur les horaires de travail et le manque de soutien à la formation constituent les difficultés majeures pour les employés, relève la sixième édition du «Baromètre Conditions de travail».

Plus de la moitié des travailleurs (51,4 %) ne croit pas, ou quasiment pas, pouvoir retrouver un poste comparable en cas de perte d’emploi. Environ 40% des sondés considèrent leur salaire faiblement ou absolument pas approprié à leur prestation professionnelle.

Le baromètre note toutefois quelques améliorations par rapport aux années précédentes. Par exemple, avec la crise du coronavirus, les employeurs ont amélioré la communication interne avec leurs employés. Ils sont généralement considérés comme honnêtes et dignes de confiance par les sondés.

Le sondage a été mené entre mi-juin et début juillet 2020, précise l’organisation. Environ 1500 employés représentatifs du marché du travail et de toutes les régions de Suisse ont été interrogés.

(ATS/NXP)

Votre opinion

6 commentaires