Pandémie: Le Covid a tué 1 Suisse sur 1000
Publié

PandémieLe Covid a tué 1 Suisse sur 1000

L’importante mortalité liée à la deuxième vague pèse lourdement sur les statistiques du pays.

par
Renaud Michiels
En Suisse, la deuxième vague a déjà tué près de quatre fois plus que la première.

En Suisse, la deuxième vague a déjà tué près de quatre fois plus que la première.

iStock

En Suisse, le coronavirus a tué un habitant sur 1000. Et ce en un peu moins d’un an puisque le premier décès enregistré dans le pays date de début mars dernier. Ce constat n’apparaît pas encore dans les données de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), qui affichait hier 8166 décès, soit 94,46 morts pour 100 000 habitants.

Alors? Depuis le début de la pandémie les données des cantons et de la confédération diffèrent, suite à des critères différents sur ce qu’est un mort dû au coronavirus. Or selon les cantons, comme l’indique le site corona-data.ch, ce sont 8848 personnes qui ont succombé en Suisse suite à une contamination au coronavirus (chiffre de ce mardi après-midi).

Selon l’Office fédéral de la statistique la population en Suisse s’élevait à 8,606 millions d’habitants pour 2019. On parvient donc cette fois à 103 morts pour 100 000 habitants. Ou un (1,03) décès pour mille habitants.

Le constat est le même en se référant aux données de l’université américaine Johns Hopkins, devenue la référence mondiale depuis le début de la pandémie. Elle dénombrait hier après-midi 8820 décès en Suisse, soit également un pour mille habitants.

Pire d’Europe

Outre ce constat, qui permet presque de visualiser le nombre de décès dus à la pandémie, et qu’on se base sur les chiffres de l’OFSP ou des cantons, cette proportion de morts par habitants si rapidement atteinte indique que la Suisse connaît une mortalité extrêmement importante lors de cette deuxième vague. En proportion de la première, ce serait même la pire d’Europe.

«En comparant le nombre de décès par million d’habitants dans les pays européens entre la première vague (mars-juin 2020) et la deuxième (septembre-décembre 2020), on constate que nous sommes le pays affichant la plus grande différence de décès entre les deux vagues», vient ainsi d’indiquer au «Temps» le professeur Reza Etemad-Sajadi, ingénieur en informatique.

Selon les données de l’OFSP, la Suisse a en effet enregistré 1716 décès lors de la première vague. Et 6450 depuis le 8 juin, pour la deuxième, qui est loin d’être terminée. Soit près de quatre fois plus. Or dans d’autres pays européens la mortalité entre les deux vagues est comparable.

Votre opinion