Publié

Prestations de soinsLe Covid accélère la restructuration des hôpitaux

Le cabinet d’audit et de conseils PwC publie une étude sur les effets du Covid dans 45 hôpitaux et 12 établissements de psychiatrie. Ils s’orientent vers l’ambulatoire.

Selon cette étude, des pertes significatives de chiffre d’affaires sont à attendre en 2020. C’est la conséquence de la mise à disposition de capacités en lits pour les patients Covid, les mesures de sécurité qui ont dû être mises en place et les achats supplémentaires. (image d’illustration)
Selon cette étude, des pertes significatives de chiffre d’affaires sont à attendre en 2020. C’est la conséquence de la mise à disposition de capacités en lits pour les patients Covid, les mesures de sécurité qui ont dû être mises en place et les achats supplémentaires. (image d’illustration)KEYSTONE

La pandémie de coronavirus coûterait entre 1,7 et 2,6 milliards de francs aux hôpitaux suisses. Trois quart des 44 établissements de soins aigus étudiés ne sont pas assez rentables pour atteindre des résultats équilibrés dans les cinq à dix années qui viennent. La branche a donc accéléré sa restructuration.

Telles sont les principales conclusions du cabinet d’audit et de conseils PwC dans son étude «Hôpitaux suisses: les finances en 2019», publiée lundi. Les experts ont passé en revue 45 hôpitaux et 12 établissements de psychiatrie et ont pris en compte les effets de l’épidémie de Covid.

Selon cette étude, des pertes significatives de chiffre d’affaires sont à attendre en 2020. C’est la conséquence de la mise à disposition de capacités en lits pour les patients Covid, les mesures de sécurité qui ont dû être mises en place et les achats supplémentaires.

Comme de nombreux établissements n’étaient pas en mesure de générer une marge suffisante pour le financement durable de leurs investissements avant même la crise du coronavirus, l’épidémie accélère les changements structurels. Plusieurs hôpitaux ont déjà transféré des prestations vers des structures plus prometteuses. Des services stationnaires (hospitalisation) sont concentrés sur moins de sites. Des places en stationnaire ont été converties en services ambulatoires.

L’ambulatoire a la cote

Dans ce contexte, PwC est surpris par la croissance de 2,1% des prestations en stationnaire (hospitalisation) l’an dernier. À long terme, le cabinet s’attend à une stagnation dans ce domaine et à un transfert toujours plus marqué vers les traitements ambulatoires.

De nouvelles structures de soins ambulatoires sont en augmentation. Les hôpitaux se définissent de moins en moins par leurs capacités en lits, mais plutôt par leur rôle de prestataires de soins. La numérisation et la télémédecine gagnent en importance.

Des investissements considérables sont consentis dans ce domaine. En retour, il y a un niveau élevé d’acceptation de l’offre numérique depuis cette pandémie.

Au vu des pertes en milliards qui s’annoncent, beaucoup d’hôpitaux ont déjà revu leurs procédures. Pour PwC, cela montre que le réveil a sonné. C’est la neuvième fois que le cabinet présente ce rapport sur les hôpitaux.

(ATS/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!