Immersion: Le croco robot de la BBC est lausannois

Actualisé

ImmersionLe croco robot de la BBC est lausannois

Des ingénieurs de l'EPFL ont conçu un faux crocodile espion pour la série «Spy In The Wild» actuellement diffusée sur la BBC.

par
Laura Juliano

Capable de ramper dans les hautes herbes et de nager dans les rivières, «K-Rock» avec son corps robuste et sa robe d'écailles ressemble comme deux gouttes d'eau à un crocodile adulte. À quelques détails près. Son squelette est de métal, ses muscles sont de câbles et ses yeux, truffés de caméras.

Il y a quelques mois, le reptile a rejoint les rangs de la BBC aux côtés d'une trentaine de robots espions pour réaliser une série de documentaires animaliers d'un nouveau genre, «Spy in the Wild». Leur mission? S'infiltrer parmi différentes espèces pour les filmer de près dans leurs contrées sauvages.

Si la chaîne britannique a contacté l'EPFL, c'est qu'elle a été séduite par le robot salamandre, conçu en 2013 par des chercheurs du laboratoire de biorobotique. Fin 2015, elle mandate Kamilo Melo et son étudiant Tomislav Horvat pour fabriquer un crocodile suffisamment réaliste pour duper les reptiles lors du tournage en Ouganda. Après trois mois de travail, les ingénieurs ont confectionné et envoyé la structure robotisée de 1,20 m à Londres, dans un studio d'effets spéciaux. Là, des spécialistes se sont chargés de l'habiller d'une peau en latex couverte d'écailles.

Survivre en milieu hostile

«Pour nous, le premier défi a été d'étudier minutieusement les mouvements et la morphologie d'un crocodile afin de les transposer le plus fidèlement sur la machine», indique Kamilo Melo. Mais pour une infiltration réussie, l'androïde ne doit pas seulement ressembler à ses compères, il doit aussi pouvoir être contrôlé à très longue distance et survivre dans un environnement hostile, loin du confort des laboratoires.

«En fait, c'est comme un jeu vidéo! vulgarise le chercheur en brandissant une manette de PlayStation reprogrammée. On utilise trois systèmes de contrôle: le wi-fi, le Bluetooth et les fréquences radio. Ces dernières nous permettent de nous tenir jusqu'à 500 mètres des animaux. C'est essentiel pour ne pas altérer leurs comportements ou prendre de risques inconsidérés.»

Et d'ajouter: «Ensuite, il a fallu s'adapter au milieu sauvage. Car ici, la température est bonne et le sol est plat. Mais dans la savanne africaine, le terrain est irrégulier et le mercure grimpait jusqu'à 38 degrés, et 70 dans les peaux en latex. Le moteur aurait pu lâcher à tout moment.»

Un héros de croco

Suspens donc, pour les chercheurs qui n'ont pas eu l'occasion de tester la bête en conditions avant le jour J. Mais heureusement pour eux, le tournage s'est déroulé à merveille. L'épisode diffusé le 26 janvier a fait mouche. «Quand on a vu le résultat, on a été estomaqués», s'exclame Kamilo Melo.

«K-Rock» est peut-être devenu une star du petit écran, mais la réelle vocation de ses créateurs se trouve en réalité bien loin de la scène médiatique. «Cette aventure était une belle opportunité de développer une machine qui pourra œuvrer dans des missions de sauvetage, précise le chercheur. Ce robot a l'intérêt d'être robuste et amphibien: il peut se mouvoir dans une zone de sinistre, difficile d'accès sur terre comme dans l'eau.»

L'équipe de l'EPFL est d'ores et déjà en contact avec plusieurs organismes de secours, tel que le centre d'entraînement militaire de sauvetage d'Epeisses (GE) afin de mettre son crocodile au service de l'homme.

Suivez-nous sur Youtube

Ton opinion