Publié

Zéro soleilLe culte de la peau claire est au zénith

On sait aujourd’hui que l’abus de soleil met la peau en danger. D’où une nouvelle tendance, venue de Chine: la peau laiteuse et le teint blafard. Même les stars s’y mettent. Un autre excès?

par
Anne-Catherine Renaud

Il y a quelques années, vacances rimaient avec bronzage intensif. Strings et monokinis étaient de sortie à la plage. On se protégeait peu quand on partait en pique-nique ou en course en montagne. Avoir un teint hâlé laissait entendre qu’on naviguait sur son voilier ou qu’on avait les moyens de partir au soleil. C’était synonyme de dynamisme et de bonne santé. Toutes les vedettes, de Saint-Tropez à Hollywood, arboraient leur bronzage, comme si elles étaient perpétuellement en vacances. On voulait leur ressembler. Le teint doré flattait les traits.

Mais voilà, dans les années 1990-2000, avec la prise de conscience liée, entre autres, aux campagnes de dépistage du mélanome et à l’émergence de la médecine anti-âge, les esprits se sont échauffés et la peur a terni l’ivresse au soleil. «En 1970, on avait moins conscience que la peau a de la mémoire et qu’elle réagit suivant un mécanisme cumulatif. L’expression «capital soleil» n’existait pas, explique André Zurn, dermatologue à Lausanne. Maintenant, on sait que chaque exposition au soleil se comptabilise depuis l’enfance. Si bien que quand le capital soleil est épuisé, la peau d’un individu n’a plus les capacités naturelles à réparer les dommages causés par les rayons. Elle peut alors présenter des taches ou des grains de beauté altérés. Ce qui peut provoquer un mélanome.»

Pour en savoir plus, consultez le site du Matin Dimanche, www.lematindimanche.ch, sur votre ordinateur personnel, votre tablette ou votre smartphone. L’application Le Matin Dimanche est toujours disponible sur iPad.

Votre opinion