Berne: Le cygne perdu en ville de Bienne avait un ange gardien
Actualisé

BerneLe cygne perdu en ville de Bienne avait un ange gardien

La balade urbaine d'un cygne égaré a étonné les passants, mardi matin, au centre de la ville. Sa chance est d'avoir croisé un retraité du zoo de Bâle.

par
Vincent Donzé
1 / 33
Un cygne déambule au centre de Bienne.

Un cygne déambule au centre de Bienne.

V.Dé
Prudent, il grimpe sur le trottoir.

Prudent, il grimpe sur le trottoir.

V.Dé
Un poissonnier ne le détourne pas.

Un poissonnier ne le détourne pas.

V.Dé

L'errance d'un cygne blanc a duré des heures, mardi matin au centre de Bienne. Visiblement perturbé, l'oiseau palmé a foulé le bitume, dans la circulation. Au volant de leur voiture, camionnette ou camion, les livreurs, ouvriers ou employés étaient charmés, mais parfois agacés.

Au coin d'une rue, une dame fait un selfie. Un cantonnier tente de stopper la progression du cygne, mais le volatile n'en fait qu'à sa tête. Le sentiment qui prime chez les passants, c'est l'inquiétude.

Aucune urgence

Sauver le cygne, ce n'est la tâche de personne. À la Colonie des cygnes comme à la Police cantonale, aucune urgence n'est décrétée, l'animal ne paraissant pas blessé. Le garde-faune est compétent, mais il n'est pas atteignable.

Deux jeunes femmes rejointes par une troisième tentent de diriger le cygne hors de la circulation. Mais quand il longe le canal de la Suze, l'oiseau ne parvient pas à franchir la balustrade.

À la place Centrale

Son salut, après avoir traversé plusieurs carrefours, le cygne le trouvera à la place Centrale. Sans crier gare, un octogénaire lui jette des morceaux de pain, tandis qu'une maman prend des photos avec son smartphone.

Ancien gardien au zoo de Bâle pendant quatre ans, Biennois d'origine autrichienne, Jörg Lauffer sera son sauveteur. «J'allais boire mon café quand je me suis trouvé face au cygne», rapporte ce retraité.

«On se connait...»

À deux mains, Jörg Lauffer empoigne le volatile qui ne se débat pas. «On se connait...», assure le retraité qui passe son temps à observer les cygnes le long du canal de la Suze et autour du lac de Bienne.

Comment ça, on se connaît? «Il identifie mon béret, j'en porte un blanc quand il fait beau. Il reconnaît mon béret, mais aussi ma sacoche ou ma corpulence», suppose Jörg Lauffer.

Le cygne désorienté est un mâle né l'an dernier, dans une nichée de cinq. «S'il remonte le canal, c'est parce que les machos du lac qui ont des petits le repoussent. Il mange la mousse qui envahit la pierre», précise ce connaisseur.

Un mauvais réflexe

Le retraité observe régulièrement les trois cygnes du canal: celui égaré mardi, son frère et sa sœur, au Quai-du-Haut. «Sa balade en ville, c'est un accident, un mauvais réflexe. Sans doute a-t-il été perturbé pendant un vol», suppose Jörg Lauffer.

Pourquoi ne s'est-il pas envolé au lieu de marcher? «Il lui faut une piste de décollage d'environ sept mètres avec du dégagement, sans les arbres plantés le long du canal. Et le bitume n'est pas tendre pour ses pattes», explique le sauveteur. Un dernier coup d’œil sur la cygne l'a rassuré: «Il a l'air heureux!».

Votre opinion