Hockey sur glace: Le débat: sortir le gardien en prolongation, une bonne idée?

Publié

Hockey sur glaceLe débat: sortir le gardien en prolongation, une bonne idée?

Plusieurs entraîneurs de National League ont tenté cette stratégie depuis le début de la saison. Nos journalistes en débattent.

par
Ruben Steiger
Cyrill Pasche
Filip Pesan, l’entraîneur d’Ajoie, a sorti sans succès son gardien en prolongation contre Lausanne vendredi passé.

Filip Pesan, l’entraîneur d’Ajoie, a sorti sans succès son gardien en prolongation contre Lausanne vendredi passé.

Jonathan Vallat/freshfocus

Vendredi à Porrentruy contre Lausanne, l’entraîneur d’Ajoie Filip Pesan a tenté un coup de poker en sortant son gardien en prolongation pour jouer à 4 contre 3. Résultat, une défaite sur un but dans la cage vide. Utilisée régulièrement par le CSKA Moscou et initiée en Suisse par Christian Dubé l’an dernier, cette stratégie se répand.

Cette saison, Stefan Hedlund avec Rapperswil et Christian Wohlwend avec Davos ont aussi voulu s’y mettre avec la même finalité, un but encaissé. Alors bonne ou mauvaise stratégie? Deux journalistes de la rubrique hockey du «Matin.ch» en débattent.

Ruben Steiger: OUI

Le hockey est déjà réputé pour son côté spectaculaire, alors tant mieux si des entraîneurs décident d’amener encore plus de folie

Même si elle n’a pas encore fait ses preuves en Suisse, je trouve que cette stratégie est bonne et que les entraîneurs qui l’ont tentée doivent persévérer. Et ce, pour plusieurs raisons.

Le premier argument est numérique. Une équipe qui possède des joueurs de talent, capables de garder le puck sous pression à la manière d’un Roman Cervenka à Rapperswil, tirera forcément un bénéfice en jouant à 4 contre 3, d’autant plus si elle est bien préparée à cet exercice. Le CSKA Moscou l’a d’ailleurs prouvé.

L’autre avantage consiste à créer une surprise totale pour l’adversaire. Je suis persuadé qu’une défense ne s’attend pas forcément à ce schéma de jeu et peut se retrouver complètement déstabilisée pendant quelques secondes. Celles qui permettront aux audacieux de s’offrir le point supplémentaire.

La surprise est totale aussi pour les supporters et c’est une bonne chose. Le hockey est déjà réputé pour son côté spectaculaire alors tant mieux si des entraîneurs décident d’amener encore plus de folie! Si j’étais supporter, j’applaudirais ce choix.

Bien sûr, pour garder son aspect de surprise, il faut l’utiliser avec parcimonie et en fonction de la situation sportive. Vendredi, peut-être que le HC Ajoie, à la recherche d’une victoire importante, aurait pu s’abstenir.

Cyrill Pasche: NON

Il n’y a rien de plus consternant qu’un match qui se termine par un but gagnant marqué dans… la cage vide. 

J’étais au stade à Porrentruy lorsque Filip Pesan a tenté le coup en prolongation. Le coach du HCA avait la main chaude: il venait auparavant de marquer deux buts coup sur coup juste avant la fin du temps réglementaire, en sortant son gardien. Je comprends sa démarche, qui allait dans la continuité de ce qu’il venait de réussir auparavant à 6 contre 5, et j’applaudis son panache dans le temps additionnel. Ce cas de figure n’était pas typiquement une coquetterie de coach qui se pense plus malin que son vis-à-vis. 

Soit dit en passant, je n’aime pas les prolongations à 3 contre 3: elles n’apportent que rarement du spectacle puisque les équipes savent très bien que la première qui commettra une erreur et accordera un surnombre aura perdu. Il ne se passe souvent rien de concret: les joueurs tournent en rond, repartent dans leur zone. Bref, c’est plat, c’est ennuyant. Autant passer directement aux tirs au but. 

Mais j’aime encore moins lorsqu’une équipe utilise la zone grise du règlement pour sortir son gardien et profiter (en théorie) d’un avantage numérique à 4 contre 3. 

(Pourquoi les coaches n’ont-ils pas le courage, comme Chris McSorley à l’époque, de sortir leur gardien à 5 contre 3 pour jouer avec trois hommes en plus, mais le font tout à coup en prolongation pour bénéficier d’un avantage marginal avec un seul joueur supplémentaire?) 

Après un duel de 60 minutes dans le temps réglementaire, un match devrait se conclure de manière honnête, c'est-à-dire à forces égales. Et puis, il n’y a rien de plus consternant qu’un match qui se termine par un but gagnant marqué dans… la cage vide. 

La solution pour mettre fin à ces bouffonneries: comme en NHL, un point perdu pour qui sort son gardien et encaisse le but dans la cage vide en prolongation.

Ton opinion