Actualisé 19.06.2016 à 18:51

AutoLe dénouement des 24h du Mans cruel pour Buemi

Dumas-Jani-Lieb (Porsche) ont remporté dimanche la course. A 3 minutes de la fin, les espoirs de Buemi et de Toyota ont été brisés par un problème technique.

Jani s'est imposé pour la première fois.

Jani s'est imposé pour la première fois.

Keystone

Incroyable dénouement aux 24 Heures du Mans! A 5 minutes de la fin, la Toyota de Sébastien Buemi semblait s'acheminer vers un succès aisé quand un problème technique a stoppé la Toyota de son équipe et permis au Seelandais Neel Jani de passer devant pour fêter un succès inattendu avec la Porsche 919 Hybrid.

Aux côtés de l'Allemand Marc Lieb et du Français Romain Dumas, Jani s'est imposé pour la première fois, lui qui comptait deux 4es places comme meilleurs résultats. Il restait environ 3 minutes de course quand, dans le dernier tour, les espoirs de Buemi et de Toyota - alors en tête - de fêter un premier succès sur le prestigieux circuit ont été brisés par un problème d'assistance électrique. Jani et Porsche pouvaient jubiler.

Il s'agit de la 18e victoire au Mans pour l'écurie allemande. Un dénouement incroyable, même si Jani s'était élancé en pole position. En effet, à cinq minutes de la fin, Kazuki Nakajima, le coéquipier de Buemi, comptait plus d'une minute d'avance sur la Porsche. Le Japonais s'est alors écrié: «Je n'ai plus de puissance!». En en demi-tour, il a soudain perdu plus de 30 secondes, puis la course. La Toyota n'avançait plus. Et Jani pouvait s'imposer.

Il s'agit sans doute de l'épilogue le plus cruel de l'histoire de cette compétition, qui vivait sa 84e édition. Jani est le deuxième pilote helvétique à remporter cette épreuve, de loin la plus importante des courses au calendrier du Championnat du monde d'endurance. Le Seelandais de 32 ans conforte du reste son leadership à ce Championnat aux côtés de Lieb et Dumas, d'autant que les points sont doublés au Mans.

Public tétanisé

La 2e place est revenue à la Toyota du Français Stéphane Sarrazin associé à Mike Conway (GBR) et Kamui Kobayashi (JPN) et la 3e à l'Audi de Lucas di Grassi (BRA) et des Français Loïc Duval et Olivier Jarvis. Le Schwytzois Marcel Fässler (Audi), triple vainqueur de l'épreuve, s'est classé 4e avec l'Allemand André Lotterer et le Français Benoît Tréluyer.

La Toyota de Sébastien Buemi n'a pas été classée.

«C'est de la folie, cette course. Quelque part, ils ne méritaient pas ça», a déclaré un des trois pilotes vainqueurs, Romain Dumas. «Ce n'est pas possible», a répété plusieurs fois le speaker officiel des 24 Heures, devant un public abasourdi, tétanisé par un tel dénouement cauchemardesque, au terme d'une course fantastique. De quoi entrer dans les annales.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!