Publié

JusticeLe dentiste de l'horreur va être extradé vers la France

La justice néerlandaise a donné son feu vert à l'extradition du dentiste accusé d'avoir mutilé des patients à Château-Chinon (Nièvre).

Mark van N., surnommé le "dentiste de l'horreur".

Mark van N., surnommé le "dentiste de l'horreur".

"C'est une excellente nouvelle. C'était mon désir le plus vif", a déclaré Nicole Martin, présidente du collectif regroupant les victimes, à l'annonce du feu vert de la justice néerlandaise à l'extradition de Monsieur van N. Selon la présidente du collectif dentaire, les victimes ont "franchi tous les obstacles" pour faire juger le dentiste en France. "Il a joué la folie, il a dit être transexuel... Il a joué le tout pour le tout", a-t-elle dit.

Mark van N., surnommé le "dentiste de l'horreur" par certains médias néerlandais, exerçait à Château-Chinon (Nièvre). Après la plainte de dizaine de patients, le dentiste avait été mis en examen en mai 2013, avant de prendre la fuite au Canada, où il avait été interpellé début septembre.

Sa fuite a été vécue comme "une deuxième victimisation" pour les membres du collectif, selon Mme Martin. "J'espère un procès d'ici un an. Même si on trouve de l'argent, cela ne couvrira jamais tous les dommages qu'il nous a fait subir. Il faut qu'il fasse de la prison, qu'il ne s'en sorte pas comme ça", a-t-elle jugé.

"Il a spolié la France, la Sécurité sociale, il a abusé de nous", a dénoncé Mme Martin. "On était pour lui des cartes bancaires et des cartes Vitale sur son siège", a-t-elle fustigé. Les expertises médicales sont actuellement en cours pour évaluer les préjudices des victimes, selon la présidente du collectif, qui a souligné qu'une "quinzaine" de cas frappés par la prescription ne pourraient donner lieu à des poursuites contre le dentiste qu'au civil.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!