Publié

Tiefencastel (GR)Le déraillement n'était pas prévisible

Un glissement de terrain avait fait dérailler un train des Chemins de fer rhétiques, en août 2014, faisant un mort et plusieurs blessés.

1 / 20
Les conclusions de l'enquête sur le déraillement du train du 13 août 2014 sont désormais connues. Le glissement de terrain à l'origine du drame n'était pas prévisible. Le système d'alarme pourrait toutefois être amélioré. (Jeudi 16 mars 2017)

Les conclusions de l'enquête sur le déraillement du train du 13 août 2014 sont désormais connues. Le glissement de terrain à l'origine du drame n'était pas prévisible. Le système d'alarme pourrait toutefois être amélioré. (Jeudi 16 mars 2017)

Keystone
Les travaux de déblaiement sont en cours sur les voies (15 août 2014)

Les travaux de déblaiement sont en cours sur les voies (15 août 2014)

Keystone
Les travaux de déblaiement sont en cours sur les voies (15 août 2014)

Les travaux de déblaiement sont en cours sur les voies (15 août 2014)

Keystone

Le spectaculaire déraillement d'un train des Chemins de fer rhétiques (RhB) en août 2014 près de Tiefencastel (GR) n'était pas prévisible, conclut le Service suisse d'enquête de sécurité (SESE). Il révèle toutefois des défauts dans le système d'alarme.

Le 13 août 2014, un glissement de terrain a touché un train passager des RhB entre Thusis et Tiefencastel. Un des wagons a fait une chute de 20 mètres dans le ravin en contrebas. Par chance, il a été immobilisé par des arbres.

Un octogénaire tué

Sur les 150 passagers qui se trouvaient à bord du convoi, huit ont été grièvement blessés et de nombreux autres légèrement. Un Suisse de 85 ans est décédé neuf jours plus tard à l'hôpital.

Les responsables de la compagnie ferroviaire n'ont rien à se reprocher: la cause du drame est «un glissement de terrain imprévisible qui s'est produit pendant le passage du train», selon le rapport du SESE publié jeudi.

Une demi-heure plus tôt, un autre train était passé à cet endroit. Aucune anomalie n'avait alors été remarquée.

Pas de réseau

En revanche, des difficultés sont survenues aussitôt après l'accident, au moment de donner l'alerte. Le conducteur du train a d'abord tenté un contact par radio, ce qui n'a pas marché, puis par téléphone portable, également sans succès.

Il n'a pu établir une liaison téléphonique qu'après avoir marché environ 150 mètres en direction de Thusis. Le SESA recommande aux RhB de s'assurer que des moyens d'alarme soient disponibles à tous les endroits du réseau de 400 km de voies ferrées et à tout moment.

Le matériel roulant comporte en outre des défauts sécuritaires. Dans le wagon qui a dévalé le ravin, des plaques du plafond sont tombées. Ces pièces en aluminium de six kilos possèdent des bords coupants et peuvent blesser les passagers.

1,1 million de francs

Le SESE demande à l'Office fédéral des transports d'examiner les normes de tels plafonds. Le matériel ne devrait pas se détacher, même en cas d'importante secousse.

L'accident s'est produit l'année du 125e anniversaire des Chemins de fer rhétiques. La facture s'est élevée à 1,1 million de francs pour les opérations de secours et la réparation des infrastructures et du matériel roulant.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!