11.02.2020 à 07:53

AutomobileLe «dieselgate» plombe Daimler

Le bénéfice annuel du constructeur automobile a dégringolé pour l'an passé.

1 / 40
Volkswagen a fait un important pas supplémentaire vers le dénouement judiciaire du scandale des moteurs truqués, avec la fin d'une procédure pénale visant les deux plus hauts dirigeants du groupe contre 9 millions d'euros. (19 mai 2020)

Volkswagen a fait un important pas supplémentaire vers le dénouement judiciaire du scandale des moteurs truqués, avec la fin d'une procédure pénale visant les deux plus hauts dirigeants du groupe contre 9 millions d'euros. (19 mai 2020)

AFP
Les résultats 2019 du groupe Daimler ont été plombés par le scandale du Dieselgate. (Mardi 11 février 2020)

Les résultats 2019 du groupe Daimler ont été plombés par le scandale du Dieselgate. (Mardi 11 février 2020)

Keystone
Le gouvernement canadien a accusé lundi Volkswagen d'avoir sciemment importé au Canada des voitures qui ne respectaient pas les normes sur les émissions polluantes. (9 décembre 2019)

Le gouvernement canadien a accusé lundi Volkswagen d'avoir sciemment importé au Canada des voitures qui ne respectaient pas les normes sur les émissions polluantes. (9 décembre 2019)

AFP

Daimler a présenté mardi un sombre bilan pour 2019, première année du nouveau patron Ola Källenius. Marquée par trois avertissements sur résultats, l'annonce de milliers de suppressions d'emplois, l'exercice sous revue a encore souffert d'un «dieselgate» de plus en plus coûteux.

Le bénéfice net annuel a fondu de 64% à 2,71 milliards d'euros (2,89 milliards de francs) - la pire chute en une décennie - tandis que le chiffre d'affaires a progressé de 3% à 172,7 milliards. En cause: une marée de problèmes internes et externes, à commencer par le scandale des moteurs truqués, en passe de devenir un gouffre financier pour le propriétaire de la marque Mercedes-Benz.

«Importantes charges»

«Nous ne pouvons pas être satisfaits par le bénéfice», a indiqué Ola Källenius, patron du groupe de Stuttgart, cité dans un communiqué, évoquant «d'importantes charges exceptionnelles». Au total, 5,5 milliards d'euros liées à la fois au scandale des moteurs truqués et à des rappels massifs de voitures dotées d'airbags du fournisseur Takata ont pesé sur le résultat, dont 4,0 milliards pour des «procédures administratives et judiciaires concernant des voitures diesel».

La première année du nouveau patron Ola Källenius, qui a lancé un vaste programme d'économies pour financer la transition vers la voiture électrique, a été émaillée de mauvaises nouvelles. En 2020, Daimler prévoit un chiffre d'affaires stable et un bénéfice opérationnel EBIT «nettement supérieur» à 2019.

Rappels et amende

En juillet déjà, Daimler avait affiché sa première perte nette trimestrielle en 10 ans et avait prévenu fin janvier que les résultats annuels seraient «en dessous des attentes» en raison de provisions. L'agence allemande de l'automobile (KBA) a ordonné à Daimler le rappel de près d'un million de voitures, mais le constructeur conteste toujours l'illégalité des «fonctions de gestion du moteur» épinglées par les autorités.

Fin septembre, l'entreprise a accepté de payer une amende de 870 millions d'euros pour avoir vendu des véhicules non conformes - une dépense comptabilisée au deuxième trimestre. Les charges ont principalement pesé sur les divisions automobile Mercedes-Benz Cars et Mercedes-Benz Vans.

Cette dernière a même affiché une perte opérationnelle de 3,1 milliards d'euros tandis que l'EBIT de la branche Cars a été divisé par deux, à 3,4 milliards. Conséquence directe de ces performances: le directoire proposera à l'assemblée générale un dividende de seulement 90 centimes, soit 72% de moins qu'en 2018, et bien moins qu'attendu par les analystes qui tablaient sur 1,53 euro.

A la Bourse de Francfort, le titre de Daimler progressait néanmoins de 3,38% à 44,48 euros vers 08h20 GMT, dans un Dax en hausse de 1,04%.

Economies

Comme l'ensemble du secteur, Daimler est engagé dans une course pour réduire le niveau d'émissions de CO2 des voitures vendues et respecter de strictes normes qui entrent en vigueur dès cette année dans l'UE, sous peine de lourdes sanctions. La faible rentabilité des nouveaux modèles plombe les marges et force les constructeurs à économiser pour investir dans un contexte économique morose.

Pour faire face à ces coûts, Ola Källenius promet «plus de 1,4 milliard d'euros» de réduction de coûts de personnel, de matériel et administratif d'ici 2022. Le groupe a déjà annoncé plus de 10'000 suppressions d'emplois sur les quelque 300'000 salariés qu'il compte dans le monde.

Une partie des départs se fera par des non-remplacements et un programme de retraites anticipées, mais le groupe proposera également des départs volontaires. Au-delà du personnel, Daimler compte «simplifier» son offre en supprimant de sa gamme les modèles peu vendus ou peu rentables et tailler dans les investissements peu prometteurs. Ceux-ci resteront cette année au niveau de 2019.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!