Allemagne: Le dirigeant de Thuringe jette l'éponge
Publié

AllemagneLe dirigeant de Thuringe jette l'éponge

Thomas Kemmerich avait été élu grâce aux voix de l'extrême droite allemande. Il avait prévu de quitter ses fonctions tout en refusant de donner une date ferme sur son départ.

L'alliance très controversée avec l'extrême droite aura été fatale avec Thomas Kemmerich.

L'alliance très controversée avec l'extrême droite aura été fatale avec Thomas Kemmerich.

Keystone

Le dirigeant de l'Etat régional allemand de Thuringe, tout juste désigné cette semaine à la suite d'une alliance très controversée avec l'extrême droite, a annoncé samedi sa démission face au scandale.

«J'annonce ma démission en tant que ministre-président de Thuringe avec effet immédiat», a déclaré Thomas Kemmerich, élu du petit parti libéral FDP, qui avait été élu grâce aux voix coalisées de son mouvement, de l'extrême droite allemande et du parti conservateur de la chancelière Angela Merkel.

Il avait déjà annoncé précédemment, au vu de la controverse, qu'il quitterait à terme ses fonctions mais tout en refusant de donner une date ferme sur son départ et en signifiant vouloir rester le temps de trouver une solution alternative.

La fin d'un tabou

Cette situation peu claire a suscité des critiques croissantes. Selon des médias allemands, le parti social-démocrate (SPD), partenaire des conservateurs d'Angela Merkel au sein de la coalition gouvernementale à Berlin, avait fait d'une démission immédiate du dirigeant de Thuringe une condition de leur maintien au gouvernement.

Les principaux dirigeants de cette coalition se sont rencontrés samedi après-midi à Berlin à la suite du séisme politique créé par l'élection de Thuringe. Une réunion demandée par le SPD qui veut une «clarification» du positionnement des démocrates-chrétiens de la chancelière par rapport à l'extrême droite.

Cette crise politique a été provoquée par l'élection surprise mercredi de M. Kemmerich en Thuringe grâce aux voix coalisées des élus locaux de l'extrême droite et de la droite modérée du parti de la chancelière (CDU).

Cette alliance a brisé un tabou politique dans l'Allemagne d'après-guerre où jusqu'à présent toute alliance avec l'extrême droite a été exclue par les autres partis traditionnels.

(AFP)

Votre opinion