10.11.2016 à 13:26

Bourse de New YorkLe dollar profite de l'effet Trump

Les cambistes ont balayé rapidement, à la surprise générale, leurs inquiétudes initiales.

Excitation à Wall Street après l'annonce du nouveau président Trump, ce mercredi 9 novembre.

Excitation à Wall Street après l'annonce du nouveau président Trump, ce mercredi 9 novembre.

Keystone

Il n'a fallu que huit heures mercredi au marché des changes pour passer à la broyeuse le scénario qui prévalait depuis un mois selon lequel une élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis serait mauvaise pour le dollar.

Certes, comme l'avaient prédit des dizaines de banques, d'analystes et de gérants, le billet vert s'est effondré dans un premier temps face au yen en réaction à la victoire du candidat républicain, perçue comme porteuse de risques majeurs pour la croissance, le commerce et la sécurité dans le monde.

Les volumes de transactions dollar/euro ont atteint dix fois la moyenne au Japon et à Hong Kong et les autorités japonaises ont organisé une réunion exceptionnelle pour étudier la nécessité de mesures destinées à apaiser le marché.

Mais quelques heures plus tard seulement, au lever du jour à New York, le dollar ne perdait plus que 0,5% face à la devise japonaise et il était reparti à la hausse face à l'euro et au franc suisse.

Les cambistes ont balayé rapidement, à la surprise générale, leurs inquiétudes initiales. Vers 11h30, l'euro valait 1,0897 dollar contre 1,0914 dollar mercredi vers 23h00. Le dollar aussi gagnait du terrain face au yen, à 106,41 yens - atteignant même vers 11h20 106,43 yens, son plus haut niveau depuis fin juillet - contre 105,72 yens la veille.

Rapatriement de capitaux

Dans leurs commentaires de mercredi, plusieurs grandes banques internationales, comme HSBC, ont souligné les risques à court terme de l'élection de Donald Trump pour le dollar, mais elles n'ont pas pour autant modifié leurs prévisions à plus long terme.

En fait, pour nombre de cambistes, le discours tenu par le président élu pendant toute la campagne est globalement favorable au dollar, notamment parce qu'il devrait permettre le retour de centaines de milliards de capitaux aux Etats-Unis.

«Les implications à moyen et long termes sont extrêmement difficiles à évaluer parce qu'il y a beaucoup d'inconnues sur la réalité de la mise en oeuvre du programme de Donald Trump et des annonces pré-électorales», expliquent les analystes d'UniCredit dans une note.

«Nous sommes en train d'étudier de près la situation et nous réviserons probablement un certain nombre de nos prévisions», ajoutent-ils.

Hausse de taux attendue

Les prédictions d'une chute du dollar si Trump l'emportait mardi se fondaient surtout sur l'hypothèse d'un choc sur les marchés susceptible de contraindre la Réserve fédérale à renoncer à la hausse de taux d'intérêt attendue le mois prochain.

Mais le rebond très rapide et marqué des marchés actions a vite remis en cause ce raisonnement, la probabilité estimée d'une hausse de taux en décembre remontant à plus de 70%.

«La hausse de taux de la Fed est de nouveau d'actualité, même avec Trump à la Maison Blanche», estime Kathleen Brooks, responsable de la recherche du courtier City Index à Londres.

«Le ton conciliant de Trump dans son discours de victoire a peut-être apaisé certaines inquiétudes, ou peut-être les marchés n'ont-ils aucune idée de la manière d'évaluer l'impact de sa victoire faute de précédent historique.»

Dépenses budgétaires

George Saravelos, principal responsable de la stratégie de Deutsche Bank à Londres, ne voit quant à lui aucune raison de remettre en question ses prévisions, qui figurent parmi les plus optimistes sur les perspectives d'évolution du dollar.

Comme beaucoup d'autres, il met en avant la perspective d'un rapatriement massif aux Etats-Unis d'avoirs en dollars par des multinationales en cas d'amnistie fiscale, ainsi que les promesses de Trump d'augmenter les dépenses budgétaires.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!