Emotion: Le drame du SR-111 vu à l'époque par «Le Matin»
Actualisé

EmotionLe drame du SR-111 vu à l'époque par «Le Matin»

Le quotidien orange avait mobilisé toutes ses équipes pour publier des pages spéciales consacrées à la catastrophe.

par
Michel Pralong
1 / 3
Au lendemain du drame, «Le Matin» publie six pages sur l'événement. Sa Une met en avant le terrible bilan du crash.

Au lendemain du drame, «Le Matin» publie six pages sur l'événement. Sa Une met en avant le terrible bilan du crash.

Le Matin
Le samedi, sur 5 pages, le journal détaille déjà les circonstances du drame et dresse le portrait de plusieurs des victimes.

Le samedi, sur 5 pages, le journal détaille déjà les circonstances du drame et dresse le portrait de plusieurs des victimes.

Le Matin
Le dimanche (le journal était alors fait par la même équipe 7 jours sur 7), sur 4 pages, c'est surtout l'émotion des familles sur la plage de Peggy's Cove qui est exprimée.

Le dimanche (le journal était alors fait par la même équipe 7 jours sur 7), sur 4 pages, c'est surtout l'émotion des familles sur la plage de Peggy's Cove qui est exprimée.

Le Matin

Ce jeudi 3 septembre 1998, les rédactions apprennent dès l'aube qu'un drame s'est produit. Immédiatement, des journalistes du «Matin» partent pour l'aéroport de Cointrin, où les informations sont souvent données en premier. Le correspondant de Zurich, lui, est chez Swissair. Il peut sauter dans l'avion que la compagnie affrète pour emmener des enquêteurs sur place.

A Lausanne, la rédaction, à l'époque bien fournie, remplit des pages, tant sur ce qui se passe en Suisse, auprès des familles et des autorités, qu'au Canada, où l'ampleur du drame se révèle.

Le lendemain, les circonstances du drame se précisent et de nombreuses victimes sont identifiées Dans l'édition dominicale, ce sont des pages bouleversantes sur la douleur des familles qui, depuis le rivage canadien, pleurent leurs disparus.

Le drame du SR-111 a touché à jamais de nombreuses familles. Les journalistes qui ont traité cette catastrophe ces jours-là (et dont certains connaissaient également des victimes) s'en souviendront aussi toute leur vie.

Votre opinion