Avions de combat - Le F-35 de Lockheed Martin fait une belle remontée à Berne
Publié

Avions de combatLe F-35 de Lockheed Martin fait une belle remontée à Berne

Il y a une dizaine de jours, le Rafale de Dassault avait la cote, aujourd’hui c’est le jet furtif américain qui semble le mieux placé. La gauche est en embuscade avec une initiative.

par
Eric Felley
Le F-35 de Lockheed Martin est l’avion qui semble avoir dorénavant les faveurs de la cote autour du Conseil fédéral.

Le F-35 de Lockheed Martin est l’avion qui semble avoir dorénavant les faveurs de la cote autour du Conseil fédéral.

Lockheed Martin. com

L’annonce du choix l’avion de combat par le Conseil fédéral se rapproche à Berne et le vent semble avoir tourné. Alors qu’il y a dix jours, Le Rafale du constructeur français Dassault avait les faveurs de la cote, les bruits de couloirs ont changé en faveur du F-35 du constructeur américain Lockheed Martin. On sait que la commande des avions par la Suisse a fait mardi l’objet d’une attention furtive du président des États-Unis, Joe Biden, lors de sa rencontre avec le président de la Confédération, Guy Parmelin, à Genève. Mais rien n’a filtré de plus.

D’après certaines sources, l’annonce du Conseil fédéral devrait intervenir rapidement, très probablement le mercredi 23 juin. Il semblerait que le choix se porterait sur le F-35 pour des questions de coûts. Rappelons qu’il y a encore deux autres concurrents: l’Eurofighter Typhoon de l’européen Airbus et le F/A-18 Super Hornet de l’américain Boeing.

À Berne, et dans toute la Suisse, on attend avec impatience cette annonce. En cas de choix américain, le dossier des avions de combat va connaître un nouveau rebond qui risque de retarder l’achat. Le groupe pour une Suisse sans armée (GSsA), les Verts et le Parti socialiste ont déjà fait savoir qu’il lancerait immédiatement une initiative populaire pour le bloquer. «Chez nous tout est prêt pour cette option, note un conseiller national. En un mois, on peut récolter les signatures. L’année dernière la Suisse a voté pour se donner les moyens d’une protection aérienne de justesse. 49,9% des gens ont dit non. S’ils avaient eu à choisir un avion américain à ce moment-là, le non l’aurait emporté».

Votre opinion

154 commentaires