Hockey sur glace: Le fabuleux destin de Dave Ayres
Publié

Hockey sur glaceLe fabuleux destin de Dave Ayres

C'est la belle histoire de la semaine. Chauffeur de surfaceuse, un inconnu de 42 ans est devenu célèbre après avoir été propulsé dans l'arène d'un match de NHL.

par
Sport-Center
Son premier match de NHL sera sans doute son dernier mais Dave Ayres n'est pas prêt de l'oublier.

Son premier match de NHL sera sans doute son dernier mais Dave Ayres n'est pas prêt de l'oublier.

Twitter

Imaginez un peu. Vous n'avez pas enfilé une mitaine dans une cage depuis plus de cinq ans - c'était le cas de ce quadragénaire canadien avant dimanche - et jouez le rôle de troisième gardien, dit aussi portier d'urgence - celui pouvant dépanner l'une des deux équipes en cas de double blessure sur la glace. Et là, alors que vous êtes enfermé dans une pièce pour le plaisir, l'impensable se produit. Deux gardiens d'une même équipe se blessent et vous êtes propulsé dans l'arène d'un match de NHL.

Ce conte de fées, Dave Ayres, 42 ans et conducteur de surfaceuse au Centre athlétique Mattamy de Toronto, l'a vécu. Entré en jeu lors du deuxième tiers-temps, il a concédé deux goals et bloqué huit tirs. Surtout, celui qui est déjà surnommé le «nouveau miracle sur glace», en référence au succès historique des États-Unis face à l'URSS en finale des JO 1980, en pleine Guerre froide, a offert la victoire aux Carolina Hurricanes face aux Maple Leafs (3-6). Des souvenirs pour l'éternité qui ont bien plus de valeur que les 500 dollars perçus pour son rôle. «J'ai vécu le moment le plus fort de toute ma vie. Quand on m'a dit qu'il fallait que je me prépare, j'étais sous le choc, mais j'ai vraiment kiffé ce moment», a-t-il expliqué.

Sa femme est sur un nuage

C'est que le bonhomme n'a pas été épargné. Vainqueur de deux cancers de la peau, l'Ontarien a aussi subi à l'âge de 27 ans une greffe de rein, qui a mis fin à ses espoirs de faire de sa passion son métier. «J'ai pensé que je ne jouerais plus jamais au hockey», a-t-il lâché sur NBC. C'est sa mère, après lui avoir donné la vie, qui lui a permis de rester de ce monde. «David, ce que tu viens de réaliser m’a rendue extrêmement fière. Je suis sans mots. Je n’ai pas pu dormir la première nuit (...), a avoué Mary. C’est fascinant. Je vais arrêter parce que je ne veux pas que tu pleures», a-t-elle conclu, voyant son fils fondre en larmes.

Après «36 heures folles», Dave Ayres va pouvoir encore profiter un peu de son moment de gloire éphémère. Sa tournée des plateaux TV terminée, le conducteur de Zamboni est attendu à Raleigh, en Caroline du Nord, où il actionnera la sirène pour donner le coup d'envoi du match des Hurricanes contre Dallas, mardi soir. La maire de la ville, Mary-Ann Baldwin, a indiqué que mardi sera rebaptisé la «Journée David Ayres». Mieux, le gouverneur de l'état, un dénommé Roy Cooper, a dit qu'il était prêt à faire de lui un citoyen d'honneur. La femme du héros, Sarah, elle, flotte sur son petit nuage.

L'ancien gardien de ligues très mineures laissera une trace dans le livre d'histoires et sur le dos de dizaines de milliers de fans. En effet, les Canes ont reçu tellement de demandes pour des t-shirts bardés du No 90 et du nom du héros que le délais de livraison est de quatre semaines. Homme de cœur, Ayres a demandé à ce qu'une partie des profits soient versés à une association pour les personnes greffées d'un rein.

Jérémy Santallo

Votre opinion