31.07.2020 à 20:38

Football

Le FC Sion est dans la panade

Battus par le champion Young Boys, les Valaisans héritent de la place de barragiste à 90 minutes du dénouement de la saison.

par
Nicolas Jacquier, Sion
Pajtim Kasami et les Valaisans n’ont plus leur destin en mains.

Pajtim Kasami et les Valaisans n’ont plus leur destin en mains.

KEYSTONE

Sion n’a pas pu empêcher YB de se succéder à lui-même. Et le triomphe d’YB contraste avec la déception du FC Sion, dont la défaite, combinée au match nul du FC Thoune (0-0 contre Bâle), représente une bien mauvaise opération comptable. Car voici les Valaisans à nouveau barragistes, condamnés à obtenir un meilleur résultat que Thoune lors d’une dernière journée qui verra Sion se déplacer à Genève pour y affronter un Servette qui ne serait pas mécontent de provoquer sa perte et le club oberlandais se rendre au Letzigrund pour être l’hôte d’un FC Zurich démobilisé.

En temps normal, chaque match se suffit à lui-même, possédant sa propre histoire indépendamment de celle écrite par les autres, ailleurs. Cela ne signifie pas que son issue n’est pas à mettre en relation avec les autres résultats mais cela n’intervient qu’après-coup, parfois de manière accessoire, avec des heures de coup d’envoi de surcroît souvent même disparates. Mais cette fois, à 180 minutes du dénouement du championnat, l’approche était tout autre à Tourbillon, notamment en raison des enjeux de ce vendredi de canicule. Pour le visiteur bernois, il s’y jouait un nouveau titre et pour Sion, la défense d’une huitième place récupérée mardi à Zurich.

Alors bien sûr, les acteurs se sont concentrés sur ce qu’ils pouvaient maîtriser – à savoir le jeu – ce qui n’a pas empêché les deux staffs de se tenir informé de ce qui tramait au même moment tant à Saint-Gall (pour YB) qu’à Thoune, et même exclusivement là-bas pour ce qui concerne les Valaisans. Les portables et autres écrans ont donc chauffé dès le coup d’envoi, sans transpirer autant que les joueurs avec une température de 31 degrés ressentie aux alentours de 21h.

Fickentscher surpris

Tramezzani s’en remettant à la même équipe que celle alignée mardi au Letzigrund, Sion allait lancer les premières escarmouches de la soirée, par Grgic (3e, coup franc lointain) puis par Kasami, auteur d’un bel enchaînement. Mais pas de quoi faire perdre la tête aux visiteurs, qui allaient prendre les devants à la suite d’un ballon récupéré par Ngamaleu, près de la ligne de touche. On vit alors le No 13 bernois se débarrasser bien trop facilement de Maceiras avant de décaler Martins, dont la frappe soudaine, prise dans un angle impossible, parut surprendre Fickentscher au premier poteau, lequel Fickentscher avait anticipé un centre.

Pas vraiment le départ idéal pour un FC Sion qui se savait condamné à l’exploit. Sion fut même alors très près du naufrage, YB enchaînant les actions de grande classe devant un adversaire acculé, ne sachant trop s’il devait prendre quelques risques offensifs ou se contenter de laisser passer l’orage. A plus d’une reprise, on put croire au 2-0 mais Nsame, pour ce qui restera comme l’occasion la plus nette (38e), manqua celle-ci assez inexplicablement, placé pourtant dans une situation idéale - seul devant la cage - dans laquelle le meilleur buteur de Super League n’a pas l’habitude d’échouer. On pouvait y voir la chance du FC Sion qui, toujours «debout» à la pause, s’en sortait paradoxalement bien. A porter à son maigre crédit: une frappe de mule d’Itaitinga sur laquelle Von Ballmoos se déploya (32e) et un essai de Kasami (45e).

Attention danger

Dès la reprise, Sion, apparu amoindri physiquement jusque-là, retrouvait l’énergie du désespoir et quelques ressources, allant jusqu’à bousculer son hôte, devenu gestionnaire de score. Mais Uldrikis manquait son contrôle (74e), Sion, porté par son public, ne parvenant pas à arracher le point qui aurait fait son bonheur. Malgré une dernière frappe de Patrick (90e), malgré une volée acrobatique de Khasa (91e) mourant au-dessus de la barre.

Moralité: lundi soir au coup d’envoi du derby du Rhône, Sion se retrouvera dans le rôle d’un barragiste ne possédant plus son destin en mains. En Valais, le danger de voir le club de Tourbillon abandonner l’élite n’a peut-être jamais été aussi grand.

Sion – Young Boys 0-1 (0-1)

Tourbillon, 1000 spectateurs.

Arbitre: M. Tschudi.

But: 14e Martins 0-1.

Sion: Fickentscher; Maceiras, Bamert, Ndoye, Lenjani (68e Abdellaoui); Zock (68e Khasa); Kasami, Baltazar (83e Toma), Grgic, Itaitinga (78e Patrick); Uldrikis. Entraîneur: P. Tramezzani.

Young Boy : Von Ballmoos; Janko, Camara, Lustenberger, Lefort; Ngamaleu (80e Spielmann), Aebischer (80e Zesiger), Martins, Fassnacht (91e Garcia); Elia (61e Sierro), Nsame (91e Gaudino). Entraîneur: G. Seoane.

Notes: Sion sans Cavaré, Raphael (blessés), Andersson, Facchinetti, Fortune, Stojilkovic, Wakatsuki (pas convoqués). YB sans Lauper, Petignat, Hoarau (blessés).

Avertissements: 40e Zock, 44e Martins, 59e Camara.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
13 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Rolland Courbis

01.08.2020 à 06:58

Les médias avaient annoncé que Knie renonçait à sa tournée en Suisse Romande....heureusement il y a Sion et ces clowns (dans les bureaux et sur le terrain). Merci pour ce grand moment comique

Marcel

01.08.2020 à 06:28

Le vrai problème du FC Sion, c'est son directeur sportif. Dans n'importe quel club normal, celui-ci aurait déjà dégagé...

Dasch

01.08.2020 à 06:03

Pour info même si SIon devient barragiste il lui reste encore deux matchs ,normalement contre Vaduz , pour se sauver ! N’en déplaise à certain le Fc SIon n’est pas mort !!!!!! Aller SIon