15.10.2020 à 00:49

TélévisionLe festival Canneseries récompense une série suédoise

Malgré le contexte sanitaire, le festival cannois de séries a réussi à maintenir sa troisième édition, sacrant la série suédoise «Partisan».

Le jury de Canneseries était composé de (de gauche à droite) Jean-Pascal Zadi, Roxane Mesquida, Randy Kerber, Caroline Proust, Laetitia Eido et Gregory Fitoussi (archives).

Le jury de Canneseries était composé de (de gauche à droite) Jean-Pascal Zadi, Roxane Mesquida, Randy Kerber, Caroline Proust, Laetitia Eido et Gregory Fitoussi (archives).

KEYSTONE/EPA/SEBASTIEN NOGIER

«Partisan», polar suédois à l’atmosphère mystérieuse, a remporté le prix de la meilleure série mercredi au festival Canneseries. Ce dernier a aussi consacré l’ensemble des acteurs et actrices de la série néerlando-belge «Red Light» d’un prix spécial d’interprétation.

Le festival de séries a réussi à maintenir sa troisième édition du 9 au 14 octobre à Cannes malgré le contexte sanitaire, alors que de nombreux événements ont été annulés. «On l’a fait et c’est le plus important!», salue le président Benoît Louvet. Pas question cette année de fournir des chiffres de fréquentation (l’an dernier le festival avait attiré 25’000 personnes) car avec les jauges restreintes dans les salles de projection, le but n’était pas de faire le plein de téléspectateurs mais de «maintenir le lien», explique le responsable à l’AFP.

«On prouve que c’est possible de tenir un événement», salue-t-il. Grâce au studio Canneseries, les célébrités restées dans leur pays, notamment les stars américaines, ont pu donner des interviews à distance tandis qu’avec la plateforme Canneseries Live, les festivaliers n’ayant pas pu se rendre à Cannes ont pu découvrir les séries en compétition, un modèle que regardent avec attention les autres festivals pour pouvoir s’en inspirer, indique-t-il.

Inquiétante communauté écolo

La cérémonie de clôture s’est tenue en présence de l’équipe de la série «Dix pour cent», dont les premiers épisodes de la saison 4 étaient diffusés en avant-première.

L’actrice Sigourney Weaver, invitée de prestige de la série française, a remis à distance le «prix du public Le Parisien», attribué au terme d’un vote sur internet, à la série «Validé» de Franck Gastambide, diffusée sur Canal+. «Partisan», sacrée meilleure série, est le dernier projet de l’acteur libano-suédois Fares Fares («Le Caire confidentiel», «Chernobyl», «Westworld»…), qui y tient le rôle principal, l’a produit et l’a co-écrit.

Il campe Johnny, un personnage solitaire qui intègre une communauté fermée qui fait de l’agriculture biologique, Jordnära, en tant que chauffeur de camion. «Mon personnage découvre ce nouveau monde qui n’est pas vraiment ce qu’il semble être au premier regard», explique-t-il dans une vidéo de présentation de la série.

Entrent en même temps que lui dans cette inquiétante communauté écolo, deux adolescentes, Nicole et Maria, enfants de famille d’accueil qui y passent leur été. Rapidement, il va soupçonner l’existence d’un trafic.

Prostitution

La série «Red Light», qui explore le monde de la prostitution, avec notamment l’actrice Carice Van Houten qui joue le personnage de Melisandre dans la série «Game of Thrones», a remporté le prix d’interprétation et le tout nouveau prix des lycéens. Co-créée par Carice Van Houten et Halina Reij, cette série coup de poing se penche sur l’histoire de trois femmes prises dans le monde de la prostitution et du trafic d’êtres humains à Amsterdam et Anvers.

L’actrice russe Polina Maksimova se voit attribuer le prix d’interprétation pour «257 Reasons to Live» tandis que les Français Arnaud Malherbe et Marion Festraëts se voient attribuer le prix du meilleur scénario pour Moloch (Arte). Dix séries étaient en compétition: la Norvégienne «Atlantic Crossing», les Suédoises «Top Dog» et «Partisan», la Finlandaise «Man in room 301», la comédie russe «257 reasons to live», l’Israélienne «Losing Alice», «Red Light», la comédie britannique «Truth Seekers» et les Françaises «Moloch» et «Cheyenne et Lola».

Le jury 2020 était composé des actrices Laëtitia Eïdo («Fauda»), Roxane Mesquida («Now Apocalypse») et Caroline Proust («Engrenages»), de l’acteur Grégory Fitoussi («La Garçonne»), du compositeur Randy Kerber («The Eddy») et du réalisateur Jean-Pascal Zadi («Tout simplement noir»).

(ATS/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!