Publié

FranceLe Festival de BD d'Angoulême s'ouvre sous haute sécurité

Trois semaines après l'attentat contre le journal satirique «Charlie Hebdo», le plus grand festival francophone de bande dessinée s'est ouvert sous haute sécurité.

Un dessin du dessinateur français Georges Wolinski présenté lors de l'exposition "Une histoire de Charlie hebdo" au musée de la Bande Dessinée d'Angoulême.

Un dessin du dessinateur français Georges Wolinski présenté lors de l'exposition "Une histoire de Charlie hebdo" au musée de la Bande Dessinée d'Angoulême.

AFP

Le Festival international annuel de la bande dessinée d'Angoulême s'est ouvert ce jeudi 29 janvier sous haute sécurité, trois semaines après l'attentat contre le journal satirique Charlie Hebdo. Dans la soirée, le jury décernera le Grand Prix d'Angoulême, choisi par ses pairs parmi trois finalistes.

L'auteur de mangas Katsuhiro Otomo, créateur de la série culte «Akira», le scénariste britannique de comics Alan Moore, auteur de «Watchmen», «V pour Vendetta» ou «From Hell», et le dessinateur et scénariste belge Hermann Huppen, dit Hermann, sont les trois finalistes de cette 42e édition.

Katsuhiro Otomo et Alan Moore avaient déjà été sélectionnés l'an dernier. Ils avaient été coiffés au poteau par l'Américain Bill Watterson, père de «Calvin et Hobbes».

Le nouveau venu, le dessinateur et scénariste belge Hermann Huppen, dit Hermann, aime à varier les genres. Il est connu de tous les fans du 9e art adeptes de western, avec «Comanche», d'anticipation avec «Jeremiah» ou de BD historiques, avec «Les Tours de Bois-Maury» ou «Sarajevo-Tango».

Rétrospective Taniguchi

Si Otomo était élu, il serait le premier mangaka couronné par le Grand Prix. Autre mangaka à l'honneur cette année, Jirô Taniguchi, un des plus connus au monde, fait l'objet d'une grande rétrospective.

D'autres auteurs font l'objet d'une exposition : Bill Watterson, son compatriote Jack Kirby, créateur de «Captain America», «Hulk» ou «X-Men», ainsi que le scénariste français Fabien Nury, auteur de séries comme «Il était une fois en France» ou «Tyler Cross».

Comme chaque année, Angoulême organise aussi des rencontres avec des dessinateurs du monde entier, des animations, et se transforme en une immense librairie de la BD mondiale. Mais parallèlement, plusieurs événements rendront hommage aux dessinateurs assassinés de Charlie Hebdo - Cabu, Wolinski, Charb, Tignous, Honoré.

Surveillance renforcée

La surveillance entourant le festival, fréquenté par plus de 200'000 visiteurs l'an dernier, a été renforcée, notamment au chapiteau qui accueillera Catherine Meurisse, rescapée de l'attentat djihadiste contre Charlie Hebdo

«Il a fallu pratiquement construire un deuxième festival tout en continuant à faire le premier. Avec une double préoccupation : ne pas être taxé de récupération et en même temps répondre aux attentes légitimes du public», a rapporté Franck Bondoux, le délégué général du festival, cité jeudi dans le quotidien Le Parisien.

Grand Prix spécial à Charlie Hebdo

Un Grand Prix spécial doit être attribué jeudi soir à Charlie Hebdo, en même temps que l'annonce du Grand Prix d'Angoulême. Une exposition est aussi consacrée au journal satirique, de sa genèse jusqu'au numéro «des survivants».

Ce week-end, un nouveau «Prix Charlie de la liberté d'expression» sera décerné pour sa première édition aux dessinateurs disparus. Il couronnera dans l'avenir les auteurs qui se battent pour la liberté d'expression.

Enfin dimanche, dernière journée du festival, seront désignés les neuf «Fauves d'Angoulême», les lauréats du festival : 62 albums sont en compétition, dont 35 dans la Sélection officielle.

(ats)

Votre opinion