Actualisé 06.09.2019 à 04:58

Le festival de la BD qui planche sur Lausanne

Partenariat

La 15e édition de BDFIL, soutenue par la Loterie Romande, présente le chef-lieu vaudois dans la bande dessinée. Quant à l’invité d’honneur, Alex Baladi, il incarne le nouveau courant du 9e art.

par
Victor Fingal
Un géant dans Lausanne, c’est la vision de Floc’h qui fait partie de la trentaine de dessinateurs ayant une fois ou l’autre croqué le chef-lieu vaudois.

Un géant dans Lausanne, c’est la vision de Floc’h qui fait partie de la trentaine de dessinateurs ayant une fois ou l’autre croqué le chef-lieu vaudois.

Floc'h

«De Rodolphe Töpffer, peintre et caricaturiste du XIXe siècle à qui l’on attribue l’invention de la bande dessinée, jusqu’à Zep, une trentaine d’artistes explorent par le crayon la capitale vaudoise.» Et Dominique Radrizzani, directeur artistique de BDFIL dont la 15e édition se déroule du 12 au 16 septembre à Lausanne d’ajouter: «Cette exposition, c’est l’occasion de visiter la ville sous d’autres angles.» Mais ceux qui espéraient dans cette rétrospective voir Tintin, pourtant très présent sur les rives du Léman dans «L’Affaire Tournesol», seront déçus. Hergé a entièrement ignoré Lausanne. «Longtemps une rumeur a prétendu qu'au moins la verrière de la gare de Cornavin dans cette aventure avait été inspirée par la gare de Lausanne et pas par celle de Genève, mais c’est malheureusement faux!»

La version 2019 de BDFIL fait feu de tout bois. L’invité d’honneur, le Veveysan Alex Baladi, sera omniprésent. Entre autres, les murs du foyer du Théâtre de Vidy lui sont offerts pour réaliser une œuvre éphémère. «L’auteur de «Frankenstein encore et toujours» est l’un des meilleurs représentants du nouveau courant de la bande dessinée», poursuit Dominique Radrizzani. Une grande rétrospective lui est consacrée dans l’ancien cinéma Romandie, dans une scénographie cosignée Baladi et Fanny Courvoisier. L’artiste va aussi peindre dans la vieille ville, la première «Boîte à BD» de Suisse, une ancienne cabine téléphonique reconvertie en bibliothèque du 9e art.

Mais BDFIL qui s’apprête à accueillir au moins 30'000 visiteurs en a pour tous les goûts, tous les âges. Le retour de «Tif et Tondu» avoisine l’univers du chat Milton. Même une pointe d’érotisme sera accrochée aux murs, avec l'épopée du magazine (À suivre) où excellait Manara. Quant à «Vigousse», le journal satirique qui fête sa décennie d’existence, les coulisses de ses exploits seront révélées par le désopilant Stéphane Babey, son rédacteur en chef.

Les «Concombres masqués» seront présents

Les aficionados des BD pourront rencontrer comme les autres années leurs idoles, sous la grande tente installée à la place de la Riponne. Citons dans une très longue liste, Hélène Bequelin et Mara qui feront face à leurs admirateurs. Quant à Mandryka, 78 ans, il dédicacera des «Concombres masqués» et leur fameux juron «Bretzel liquide», le pur bonheur de plusieurs générations.

«BDFIL doit sa vitalité et son rayonnement à la Loterie Romande, qui nous soutient fidèlement depuis le début, a encore voulu préciser Dominique Radrizzani. Et je la remercie du fond du cœur.»

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!