Partenariat - Les parfums orientaux du Festival Les Georges
Publié

PartenariatLes parfums orientaux du Festival Les Georges

La manifestation fribourgeoise, soutenue par la Loterie Romande, permet à des artistes suisses, libanais ou israélien de faire partager leur passion des rythmes du Levant, revisités à la mesure des musiques actuelles.

Avec Bachar Mar-Khalifé, fils d’un virtuose de l’oud, la musique traditionnelle libanaise rencontre le jazz et la musique électronique.

Avec Bachar Mar-Khalifé, fils d’un virtuose de l’oud, la musique traditionnelle libanaise rencontre le jazz et la musique électronique.

Habib Saleh

Il sort des limbes en douceur. Le Festival fribourgeois Les Georges consacré aux musiques actuelles, et qui doit son nom à la Place Georges-Python, va se réveiller entre le 12 et le 17 juillet. «K.-O., l’an passé, nous avons dû annuler la manifestation à cause de la pandémie, souligne Xavier Meyer, le directeur. En 2019, année de tous les records, nous avions accueilli quelque 18 000 spectateurs, mais cette fois nous comptons avec quelque 3500 festivaliers afin de respecter les normes sanitaires, mais aussi pour retrouver une dimension plus restreinte, mieux adaptée à l’air du temps.»

Au programme, des parfums orientaux pour tous les goûts. Assez capiteux avec Liraz, une Israélienne d’origine iranienne, et qui chante en farsi des mélodies pop revisitées des années 1970 du pays de ses parents. Un geste d’amour pour sa culture, mais aussi un cri de révolte face à la condition des femmes en Iran. Plus musqué, celui que dégage Bachar Mar-Khalifé, un Libanais fils d’un virtuose de l’oud, s’exprimant entre jazz, musique traditionnelle, rock, musique électronique et qui fait revivre la voix de son père récitant une œuvre de Khalil Gibran, un poète essentiel au Pays du Cèdre. Enfin, senteur de tête, avec Saïtun Sprüng, deux amis bâlois qui se sont plongés dans la culture folklorique turque. De cette aventure naît un spectacle où groove oriental psychédélique se heurte à des rythmes bruts, créant une symbiose percutante et rafraîchissante.

Ce n’est pas tout. Du pop-rock suisse fait aussi partie du programme avec des groupes comme Mnevis. Et la soirée dédiée au rap sera rythmée par A.M.A.K et BADNAY afin de prouver que la scène romande n’a rien à envier aux autres. Plus sage, la journée des familles du samedi après-midi 17 juillet invite les enfants et leurs parents à se réunir dans la cour de l’Hôpital des Bourgeois. Un spectacle espiègle et rempli de musique, de danse et dhumour, «L’Odyssée d’Alysse», est proposé par la Cie Alsand. Les concerts de la Gustav Academy et du Brassmaster Flash suivront pour réjouir encore les jeunes, et les moins jeunes.

Un ciné-concert dans l’Enceinte du Belluard

Reste un événement réalisé conjointement avec le Festival international de films de Fribourg (FIFF). Un ciné-concert sera joué et projeté dans l’Enceinte du Belluard. Le film de science-fiction «Darkstar» du réalisateur John Carpenter sera accompagné par les décibels du duo rock Ropoporose dans une ambiance présentée comme «futurocomique» dans le programme.

«Mettre un festival sur pied et sassurer quil tienne la route financièrement, ajoute Xavier Meyer, cest tout simplement impossible sans un don comme celui de la Loterie Romande. De plus, depuis nos débuts, nous avons développé des activités de médiation culturelle, un secteur que la Loterie Romande a toujours soutenu généreusement et nous lui sommes très reconnaissants.»

(Victor Fingal)

Votre opinion