Etats-Unis - Le festival Lollapalooza n’a pas été un super foyer de Covid-19
Publié

États-UnisLe festival Lollapalooza n’a pas été un super foyer de Covid-19

L’événement musical a rassemblé 385 000 spectateurs fin juillet à Chicago et les cas positifs sont extrêmement rares.

Le festival s’est tenu sur quatre jours en open air, du 29 juillet au 1er août. Les participants devaient présenter une preuve de vaccination ou un résultat négatif au test de Covid-19.

Le festival s’est tenu sur quatre jours en open air, du 29 juillet au 1er août. Les participants devaient présenter une preuve de vaccination ou un résultat négatif au test de Covid-19.

Getty Images

Le festival Lollapalooza, qui s’est déroulé en juillet à Chicago, aux États-Unis, et a rassemblé environ 385 000 personnes n’a pas été un super foyer de Covid-19 contre lequel les critiques avaient mis en garde. Les autorités sanitaires de la ville ont annoncé jeudi 12 août, lors d’une conférence de presse, que 203 cas positifs de coronavirus ont été reliés au rassemblement.

La maire de Chicago, Lori Lightfoot, et des représentants de la Ville avaient défendu leur décision de permettre aux organisateurs du festival d’aller de l’avant à l’époque. Des protocoles de sécurité stricts, soit un pass sanitaire, ont été mis en place. Les participants devaient présenter une preuve de vaccination ou un résultat négatif au test de Covid-19.

La recrudescence des cas positifs aurait déjà eu avoir lieu

La bonne nouvelle selon laquelle l’événement n’a pas contribué à l’augmentation des cas de Covid-19 a été partagée par la Dr Allison Arwady, commissaire du Département de la santé publique. «Rien d’inattendu ici, a-t-elle rapporté. Aucun signe d’un «événement de super propagation». Mais il est clair qu’avec des centaines de milliers de personnes assistant à Lollapalooza, nous nous attendions à voir quelques cas. »

La Dr Arwady a déclaré que les 203 cas positifs comprenaient les personnes qui avaient été testées positives au virus pendant ou après le festival. Elle a noté qu’il y avait probablement des fans présents qui étaient déjà infectés, indiquant que 13 résidents de Chicago ont signalé des tests positifs pendant ou après une journée au Lollapalooza. Les tests peuvent se révéler positifs avec un décalage par rapport à la moyenne. «Nous aurions déjà vu une recrudescence si nous devions voir une recrudescence à ce stade», a-t-elle ajouté.

Lollapalooza a accueilli Miley Cyrus, Tyler The Creator, Megan Thee Stallion, Post Malone, Foo Fighters, Journey et Young Thug, qui a remplacé la tête d’affiche annoncée, DaBaby. Ce dernier avait été écarté pour avoir tenu des propos offensants sur les personnes atteintes du VIH et du sida au festival Rolling Loud à Miami, en Floride, la semaine précédente.

(Cover Media / Lematin.ch)

Votre opinion