France: Le fils de Pierre Bellemare: «Plus personne ne pensait à lui à la télé»
Publié

FranceLe fils de Pierre Bellemare: «Plus personne ne pensait à lui à la télé»

Pierre Dhostel, patron de «M6 Boutique», parle de son père disparu ce week-end, à 88 ans. «Ces derniers temps, il était très affaibli. Il ne s’alimentait plus», explique-t-il.

par
Laurent Siebenmann
Pierre Bellemare et son fils Pierre Dhostel, dans l'émission «Vivement dimanche», sur France 2, au milieu des années 2000.

Pierre Bellemare et son fils Pierre Dhostel, dans l'émission «Vivement dimanche», sur France 2, au milieu des années 2000.

Visual

Animateur et patron de «M6 Boutique», Pierre Dhostel s'est exprimé au sujet de la mort de son père, Pierre Bellemare, chez nos confrères de TV Magazine.

L'animateur de 65 ans a évoqué l'incroyable carrière de son papa, affaibli par un accident vasculaire cérébral en 2011, puis une mauvaise chute en janvier 2017: «Mon père était infatigable (...) Jusqu'à la dernière minute, il avait toujours en préparation sa rentrée de septembre. Il me disait, 'Je vais aller de nouveau raconter des histoires sur telle ou telle radio'», explique Pierre Dhostel.

«En août dernier, son appétit avait disparu. Il y avait une sorte de vide. Le fait que plus personne ne pense à lui pour participer à une émission de télévision ou de radio le peinait beaucoup. Le déprimait, même. Et puis, ces derniers temps, il était très affaibli. Il ne s’alimentait plus, raconte le fils de Pierre Bellemare. Il est mort de fatigue, paisiblement, sans souffrir.»

Pierre Dhostel insiste: «C’était un passionné, un conteur d’histoire extraordinaire. Il a fait partie de cette génération, qui, après la guerre, a tout essayé et inventé à la télévision.»

Et de conclure: «Mon père était un homme simple, bon et honnête qui a distrait pendant des décennies et des décennies. Je crois qu’il restera dans le cœur des Français.»

A noter que, ce lundi matin, Arnaud Lagardère a annoncé avoir baptisé le grand studio public d'Europe 1, «Studio Pierre Bellemare», avec l'accord de la famille du défunt. Le disparu était, en effet, une des figures historiques de la station.

Votre opinion