Actualisé

DivertissementLe flipper gagne une extraballe

Etouffé par l’arrivée du jeu vidéo, le billard électrique renaît grâce à un grand passionné, organisateur du Swiss Flipper Tour.

par
Michel Pralong
1 / 17
Swiss flipper tour au Léman centre de Crissier (VD). Zacharie, Henri, Pierrick et Danaé Dès en famille autour d'un Flipper.

Swiss flipper tour au Léman centre de Crissier (VD). Zacharie, Henri, Pierrick et Danaé Dès en famille autour d'un Flipper.

Laurent de Senarclens
Swiss flipper tour au Léman centre de Crisser (VD). Pierre Dupertuis organisateur de l'évènement.

Swiss flipper tour au Léman centre de Crisser (VD). Pierre Dupertuis organisateur de l'évènement.

Laurent de Senarclens
Swiss flipper tour au Léman centre de Crissier (VD). Henri Dès avec Mélanie Freymond.

Swiss flipper tour au Léman centre de Crissier (VD). Henri Dès avec Mélanie Freymond.

Laurent de Senarclens

Dans les années 1970, tout bon bistrot avait son flipper. Suivant celui où l’on allait, on devenait un pro du NHL, Xénon, Playboy ou Twilight Zone. Avec l’ouverture des salons de jeux dans les années 1980, ce n’était plus une, mais des dizaines de machines qui attendaient le joueur. Progressivement, elles ont toutefois cédé la place aux jeux vidéo. Jusqu’à quasi disparaître de la circulation. «Aujourd’hui, on les retrouve surtout chez des particuliers ou dans les bowlings», confirme Pierre Dupertuis, grand passionné et organisateur du Swiss Flipper Tour. Pour s’acheter un flipper, il faut compter de 6000 à 9000 francs. Les pièces les plus recherchées par les collectionneurs se négocient 16'000 ou 18 '00 francs.

Votre opinion