Algérie - Le FLN officiellement proclamé vainqueur des législatives
Publié

AlgérieLe FLN officiellement proclamé vainqueur des législatives

Le Conseil constitutionnel a proclamé mercredi les résultats officiels des élections législatives algériennes, marquées par une abstention record.

Le taux de participation a été encore revu à la baisse, à 23%, soit le plus bas de l’histoire de l’Algérie, tous scrutins confondus.

Le taux de participation a été encore revu à la baisse, à 23%, soit le plus bas de l’histoire de l’Algérie, tous scrutins confondus.

AFP

Le Front de libération nationale (FLN), au pouvoir en Algérie, a remporté les élections législatives anticipées du 12 juin, marquées par une abstention record, selon les résultats officiels proclamés mercredi soir par le Conseil constitutionnel.

Ex-parti unique et principale formation du Parlement sortant, le FLN a obtenu 98 sièges sur 407, devant un groupe disparate d’indépendants (84 élus), a annoncé le président du Conseil constitutionnel Kamel Fenniche, à la télévision publique. Le premier parti islamiste algérien, le Mouvement de la société pour la paix (MSP), légaliste et conservateur, arrive en troisième position avec 65 élus.

Enfin, l’allié traditionnel du FLN, le Rassemblement national démocratique (RND), décroche 58 sièges. Ces deux partis constituaient l’ossature de l’ancienne alliance présidentielle créée en 2012 pour soutenir l’ex-président déchu Abdelaziz Bouteflika, chassé du pouvoir début 2019 par le soulèvement populaire du Hirak.

«Mascarade»

La victoire du FLN constitue une surprise car ce parti était considéré comme discrédité, à bout de souffle, en raison de sa compromission avec Abdelaziz Bouteflika et son clan. Cette élection avait été rejetée à l’avance par le Hirak et l’opposition laïque et de gauche, dénonçant une «mascarade», sur fond de répression généralisée contre toutes les voix dissidentes.

Le taux de participation a été encore revu à la baisse, à 23%, soit le plus bas de l’histoire de l’Algérie, tous scrutins confondus. L’abstention historique témoigne de la désaffection et de la défiance des Algériens vis-à-vis d’une classe politique largement discréditée. L’électorat avait déjà massivement boudé les urnes lors de la présidentielle de 2019 et du référendum constitutionnel de 2020 (60% et 76% respectivement).

Le séisme du Hirak

Lors des dernières législatives de 2017, la participation avait atteint 35,70%. Toutefois, le président Abdelmadjid Tebboune a d’ores et déjà choisi d’ignorer le faible taux de participation, le qualifiant de «pas important». Le pouvoir est en effet déterminé à reprendre la main après le séisme du Hirak, en ignorant les revendications de la rue: État de droit, transition démocratique, souveraineté populaire, justice indépendante.

Les prochaines étapes sont l’inauguration de la nouvelle Assemblée populaire nationale (APN), d’ici la fin du mois, puis la désignation d’un Premier ministre et la formation d’un gouvernement qui devra tenir compte de la nouvelle carte politique.

L’assemblée qui se dessine pourrait déboucher sur une coalition rassemblant les deux partis traditionnels (FLN et RND), les indépendants et les islamo-conservateurs. Elle sera presque uniquement masculine puisque 35 femmes seulement ont été élues (sur 8000 candidates), contre 146 précédemment, en raison de la suppression d’un système de quotas instauré en 2012.

(AFP)

Votre opinion

0 commentaires