24.06.2016 à 16:41

Scandale VolkswagenLe fonds souverain norvégien porte plainte

L'un des actionnaires du constructeur automobile a décidé d'actionner la justice dans l'affaire des moteurs truqués.

1 / 150
Nouvelle ère pour les constructeurs automobiles et les consommateurs européens : vendredi entre en vigueur un protocole d'homologation des véhicules neufs plus sévère, qui remplace un processus discrédité par le scandale des moteurs diesel truqués. (Mercredi 30 août 2017)

Nouvelle ère pour les constructeurs automobiles et les consommateurs européens : vendredi entre en vigueur un protocole d'homologation des véhicules neufs plus sévère, qui remplace un processus discrédité par le scandale des moteurs diesel truqués. (Mercredi 30 août 2017)

AFP
Dieselgate: le président d'auto-suisse François Launaz estime qu'il Il faut éviter d'empirer la situation avec des mesures d'interdiction. (15 août 2017)

Dieselgate: le président d'auto-suisse François Launaz estime qu'il Il faut éviter d'empirer la situation avec des mesures d'interdiction. (15 août 2017)

Keystone
Jusqu'à présent, les fabricants d'automobiles ne devaient faire tester leurs véhicules qu'en conditions de laboratoire. Les résultats ne reflétaient alors que peu leurs véritables émissions. A partir du 1er septembre, des réglementations strictes entreront en vigueur en Europe et en Suisse. (Dimanche 13 août 2017)

Jusqu'à présent, les fabricants d'automobiles ne devaient faire tester leurs véhicules qu'en conditions de laboratoire. Les résultats ne reflétaient alors que peu leurs véritables émissions. A partir du 1er septembre, des réglementations strictes entreront en vigueur en Europe et en Suisse. (Dimanche 13 août 2017)

Keystone

Le fonds souverain norvégien, le plus important du monde avec un portefeuille d'actifs de plus de 750 milliards d'euros (815 milliards de francs), a annoncé vendredi avoir déposé plainte contre Volkswagen après le scandale du trucage des tests anti-pollution.

Il a précisé que sa plainte avait été déposée auprès du parquet de Brunswick, en Allemagne, dont dépend le siège social du constructeur automobile, dans le cadre des poursuites engagées par le cabinet juridique Quinn Emmanuel pour le compte de différents investisseurs institutionnels.

Propriétaire de 1,02% du capital de Volkswagen, le fonds norvégien est le plus important actionnaire non représenté au conseil de surveillance du groupe allemand. En mai, il avait annoncé envisager de s'associer à des plaintes en nom collectif contre le constructeur.

Structure de gouvernance critiquée

Le fonds souverain critique depuis longtemps la structure de gouvernance de Volkswagen, dans laquelle les familles Porsche et Piëch contrôlent 50,7% des droits de vote avec 31,5% du capital, et il avait expliqué dans le passé avoir exprimé ses préoccupations aux instances dirigeantes.

Lors de l'assemblée générale annuelle de Volkswagen mercredi, le fonds avait voté contre toutes les résolutions validant la gestion des membres du directoire en 2015.

Il avait en revanche voté pour une motion déposée par un actionnaire demandant un audit de la gestion du scandale des émissions par le directoire et le conseil de surveillance.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!