Actualisé

JO 2016Le foot féminin donne le coup d'envoi des jeux

Le verdict sur le dossier russe doit tomber avant jeudi matin, plaçant sous un ciel houleux le début des Jeux.

1 / 145
Selon Le Monde, la justice française dispose d'éléments  mettant en cause le processus d'attribution des JO à Rio. (Vendredi 3 mars 2017)

Selon Le Monde, la justice française dispose d'éléments mettant en cause le processus d'attribution des JO à Rio. (Vendredi 3 mars 2017)

Keystone
La police de Rio souhaite entendre le patron du CIO dans l'enquête sur le trafic de billets pendant les JO. (Jeudi 8 septembre 2016)

La police de Rio souhaite entendre le patron du CIO dans l'enquête sur le trafic de billets pendant les JO. (Jeudi 8 septembre 2016)

AFP
Hope Solo avait traité les Suédoises de lâches après son match perdu en quart de finale des JO à Rio. Elle a été suspendue six mois pour ses propos. (Mercredi 24 août 2016)

Hope Solo avait traité les Suédoises de lâches après son match perdu en quart de finale des JO à Rio. Elle a été suspendue six mois pour ses propos. (Mercredi 24 août 2016)

AFP

A moins de quarante-huit heures de la cérémonie d'ouverture, le verdict est «très proche» sur le nombre de sportifs russes qui seront autorisés à participer aux Jeux de Rio, alors que sur le terrain sportif le foot féminin a joué les éclaireurs mercredi.

Le suspense touche à sa fin: la liste des sportifs russes admis aux JO par le Comité international olympique est «très proche» d'être finalisée, a lâché mercredi soir le porte-parole du CIO.

Une certitude, la réponse devra arriver jeudi matin au plus tard, sauf à fausser les épreuves de boxe et d'aviron dont le tirage au sort aura lieu dans la journée à Rio.

Cela signifierait-il pour autant la fin de ce dossier ouvert en décembre 2014, avec un documentaire de la chaîne de télévision allemande ARD sur le dopage russe dans l'athlétisme, et qui a explosé le 18 juillet avec le rapport McLaren sur un système de dopage d'Etat dans tout le sport russe? Pas certain.

18 procédures au TAS

Car sur le terrain judiciaire les affaires continuent. Au total, le Tribunal arbitral du sport (TAS) a déjà enregistré 18 procédures -un record sur une seule édition des JO- depuis le 26 juillet, dont 11 concernent des sportifs russes, écartés des JO par leur Fédération internationale à la suite de la publication du rapport McLaren.

A 48h00 de la cérémonie d'ouverture, 16 sportifs russes (4 nageurs, 1 lutteur, 1 céiste, 3 rameurs, 3 cyclistes, 4 haltérophiles), attendaient encore le verdict du TAS pour savoir s'ils pourraient défiler au Maracana vendredi soir.

Et d'autres appels pourraient suivre une fois connu le verdict du CIO, dans le cas où il déciderait d'exclure plus de sportifs que les Fédérations internationales.

Selon les calculs de l'AFP, 119 sportifs russes ont pour l'instant été officiellement exclus par leur fédération respective, sur 387 présentés par le Comité olympique russe.

Selon le président de l'Association des fédérations internationales des sports olympiques d'été (ASOIF), Andrew Ryan, l'assouplissement des critères du CIO pour l'exclusion des athlètes pourrait au total bénéficier à six des sportifs russes exclus. Un premier sportif russe a été repêché de cette manière (voir encadré).

Coup d'envoi

Loin du terrain judiciaire, sur les pelouses brésiliennes, les choses ont à peine commencé aux JO, avec le coup d'envoi du football féminin.

Quatre matchs joués déjà et peu de surprises, avec les victoires des Américaines (2-0 contre la Nouvelle-Zélande), des Brésiliennes (3-0 contre la Chine) et des Allemandes (6-1 contre le Zimbabwe).

Ce seront les Françaises qui clôturent la journée, contre les Colombiennes, à Belo Horizonte, à 22h00 locales (03h00 jeudi en Suisse).

20% des places pas encore vendues

Si le Brésil est le pays du «futebol», la foule n'était pas au rendez-vous mercredi pour le premier match du tournoi entre les Suédoises et les Sud-Africaines (1-0), avec quelques centaines de personnes seulement au coup d'envoi dans le stade olympique Joao Havelange de Rio, alias «Engenhao», une enceinte de 60'000 places qui sera principalement utilisée par l'athlétisme durant les Jeux.

De manière génerale, d'ailleurs, un cinquième des tickets pour les jeux Olympiques de Rio de Janeiro étaient toujours en vente à deux jours de la cérémonie d'ouverture vendredi. Fait rarissime, il en reste même pour les finales reines d'athlétisme du 100 et du 200 m. Ainsi, il reste encore 1,2 million de places à vendre pour les premiers JO de l'Histoire en Amérique du Sud.

Il en reste même pour les finales du sprint, où la star mondiale, le Jamaïcain Usain Bolt, tentera de remporter un historique troisième triplé consécutif en s'imposant, comme à Pékin et à Londres, sur 100 m, 200 m et relais 4 x 100 m.

Les places les moins chères pour ces finales sont épuisées. Mais on en trouve encore dans des prix compris entre 380 et 1.200 réais (104 à 328 euros). Il reste également des places pour les finales du 100 m et du 200 m féminins, ainsi que pour la cérémonie d'ouverture dans le mythique stade Maracana, vendredi. Mais seulement aux meilleurs emplacements et donc aux prix les plus chers: 827 à 1268 euros.

5 nouveaux sports en 2020

Sport encore, mais loin de Rio: entre deux considérations sur le dopage russe, la session du CIO a officialisé mercredi l'entrée (ou le retour) de cinq nouveaux sports au programme des JO d'été 2020 à Tokyo: l'escalade, le karaté, le skateboard, le surf et le baseball/softball. Le baseball avait déjà figuré au programme des JO de 1992 à 2008.

Les 85 membres du CIO ont voté à l'unanimité en faveur de l'ajout de ces cinq sports, qui porteront à 33 le nombre de sports au programme des JO de Tokyo contre 28 à Rio.

La flamme du suspense

Si le suspense pourrait prendre fin du côté du dossier russe, il continuait, à deux jours de la cérémonie d'ouverture, sur l'identité du dernier relayeur de la flamme olympique, celui qui allumera la vasque avec sa torche, vendredi soir au Maracana.

La presse brésilienne offre ce rôle au «Roi» Pelé. Mais celui-ci minaudait encore mercredi, prétextant des engagements auprès de deux sponsors et un voyage... Pour le vote des internautes brésiliens, le choix est, en revanche, clair: l'élu doit être Gustavo Kuerten, le triple vainqueur de Roland-Garros en tennis.

Plus de flou, en revanche, sur le nom du porte-drapeau américain lors du défilé des athlètes vendredi soir. Ce sera «la» star des jeux Olympiques, le nageur Michael Phelps, le sportif le plus médaillé de l'histoire des JO avec 22 médailles dont 18 en or qui conduira sa délégation de 555 athlètes.

Dopage "consternant"

L'athlète a pudiquement mais directement regretté le scandale autour du dopage. «C'est vraiment triste que nous ne puissions pas le (dopage) contrôler. Nous voulons tous des sports propres», a affirmé le nageur aux 22 médailles olympiques dont 18 en or. «Je pense pouvoir dire honnêtement que tout au long de ma carrière, je ne sais même pas si j'ai participé à une compétition propre. C'est consternant», a ajouté Phelps.

Un Phelps aperçu dans le village olympique en train de se prendre en photo avec le grand favori du tournoi de tennis, le Serbe Novak Djokovic.

«C'était "Ouais, c'est Djokovic!" On s'est fait des clins d'oeil, on s'est souri», s'est réjoui Phelps. «Je me suis dit: "Allez, je m'en fiche, je lui dis salut"», a raconté le nageur. Leur discussion ? «C'était très cool parce qu'il est super gentil, simple et nature», a conclu le champion américain, âgé de 31 ans.

Un sportif russe repêché après un assouplissement des critères du CIO

La Fédération internationale de voile (World Sailing) a repêché un membre de l'équipe russe exclu des JO pour avoir été mentionné dans le rapport McLaren, suite à l'assouplissement des critères d'exclusion fixés par le CIO, a-t-elle annoncé dans un communiqué. Pavel Sozykin, 3e aux Championnats du monde 2015 de 470, avec son partenaire Denis Gribanov, avait été exclu le 26 juillet, «en raison des révélations du rapport McLaren», avait alors indiqué World Sailing dans un communiqué.

Selon le critère assoupli par le CIO, un athlète cité dans le rapport ne pourra pas être exclu si une substance prohibée par le code mondial antidopage n'est pas spécifiquement précisée. Ce qui a donc bénéficié à Pavel Sozykin.

Un site pour protéger la liberté de la presse pendant les JO

Le Comité international olympique (CIO) a lancé mercredi un site internet permettant aux journalistes de dénoncer des atteintes à la liberté de la presse pendant les Jeux de Rio (5-21 août). Le site www.olympic.org/mediacomplaint est accessible en anglais et en français (la langue olympique officielle).

«Les journalistes et les représentants des médias peuvent désormais alerter directement le CIO qui, à son tour, peut saisir les autorités compétentes», explique le CIO dans un communiqué. Le site assure l'anonymat complet si le journaliste le demande.

(AFP)

Votre opinion