Bienne: Le forcené Peter K. s’est fait porter pâle

Publié

BienneLe forcené Peter K. s’est fait porter pâle

Le retraité condamné pour avoir tiré sur un policier devait contester son internement cette semaine devant la Cour suprême bernoise. Raté: il est malade.

par
Vincent Donzé
Peter K. peint sur son ancien garage du chemin Mon-Désir par l’artiste Georges Rechberger.

Peter K. peint sur son ancien garage du chemin Mon-Désir par l’artiste Georges Rechberger.

Lematin.ch/Vincent Donzé

Peter K. devait se présenter cette semaine devant la Cour suprême bernoise. Le rendez-vous était pris pour aujourd’hui et pour vendredi prochain. Grâce au «Bieler Tagblatt», on sait qu’il est raté: le forcené qui a semé la police bernoise pendant neuf jours en 2010 s’est fait porter pâle.

Malade imaginaire? Il n’y a aucune raison de le penser: l’audience était agendée à la demande du forcené, lequel s’oppose en deuxième instance à son internement. Selon son avocat, Peter K. séjourne actuellement à l’Hôpital de l’Ile, à Berne.

Sur le casque

C’est un tir sur le casque d’un policier qui a pesé sur sa culpabilité. Tenu pour irresponsable en raison de ses délires, il a été condamné en 2013 à des mesures thérapeutiques stationnaires.

Une libération sous caution n’est pas à l’ordre du jour. «Le forcené s’est enfermé dans son monde: il ne se soumettrait jamais aux conditions posées», estime le cinéaste Laurent Wyss, auteur du film «Peter K.: seul contre l’État», un long-métrage dont la diffusion est retardée pour cause de coronavirus.

Ton opinion

7 commentaires