Publié

Fusillade à MunichLe fournisseur de l'arme écope de 7 ans de prison

Philipp K. a été jugé coupable d'homicides involontaires. Il avait vendu via le «dark net» un pistolet à l'auteur d'une fusillade à Munich en 2016.

1 / 50
La justice allemande a condamné à sept ans de prison ferme l'homme qui avait fourni un pistolet semi-automatique au jeune déséquilibré. (Vendredi 19 janvier 2018)

La justice allemande a condamné à sept ans de prison ferme l'homme qui avait fourni un pistolet semi-automatique au jeune déséquilibré. (Vendredi 19 janvier 2018)

Keystone
L'Allemagne s'est recueillie dimanche à Munich derrière Angela Merkel et le président Joachim Gauck à la mémoire des 9 personnes tuées il y a une semaine par un jeune forcené. (Dimanche 31 juillet 2016)

L'Allemagne s'est recueillie dimanche à Munich derrière Angela Merkel et le président Joachim Gauck à la mémoire des 9 personnes tuées il y a une semaine par un jeune forcené. (Dimanche 31 juillet 2016)

Keystone
L'Allemagne s'est recueillie dimanche à Munich derrière Angela Merkel et le président Joachim Gauck à la mémoire des 9 personnes tuées il y a une semaine par un jeune forcené.  (Dimanche 31 juillet 2016)

L'Allemagne s'est recueillie dimanche à Munich derrière Angela Merkel et le président Joachim Gauck à la mémoire des 9 personnes tuées il y a une semaine par un jeune forcené. (Dimanche 31 juillet 2016)

Keystone

La justice allemande a condamné vendredi à sept ans de prison ferme l'homme qui avait fourni un pistolet semi-automatique au jeune déséquilibré auteur d'une tuerie dans un centre commercial à Munich en juillet 2016. Elle l'a jugé coupable d'homicides involontaires dans neuf cas.

Le tribunal de Munich a aussi jugé Philipp K. coupable de blessures involontaires dans cinq cas, suivant en grande partie les réquisitions du Parquet. «L'accusé a sans aucun doute une orientation d'extrême droite», a déclaré le juge Frank Zimmer lors de l'énoncé du verdict. Il l'a présenté comme «un adepte du Führer et du IIIe Reich» qui s'exprimait «de façon extrêmement défavorable» sur les étrangers et qu'on pouvait sans conteste qualifier de «raciste».

L'homme de 33 ans a par ailleurs été accusé de violation de la législation allemande sur le contrôle des armes à feu.

«Je n'ai jamais voulu ça»

Il avait vendu via le «dark net», cette face cachée de l'internet, un pistolet Glock 17 semi-automatique et des munitions à un Germano-Iranien de 18 ans, David Ali S., également lié à l'extrême-droite selon la police.

Le 22 juillet 2016, le jeune homme psychologiquement fragile avait utilisé cette arme pour abattre neuf personnes et en blesser cinq autres avant de se suicider sur les lieux de son crime, un centre commercial de la capitale bavaroise. «Je veux exprimer mes condoléances aux proches (des victimes). Je n'ai jamais voulu ça, je suis désolé», a déclaré Philipp K. vendredi. Au début de son procès en août 2017, il avait affirmé qu'il n'aurait jamais vendu l'arme s'il avait su que son client «allait commettre un crime si horrible».

Symboles nazis

Il avait été arrêté en août 2016, dans la foulée de cette tuerie très médiatisée et un temps prise pour un acte terroriste. Sur les disques durs saisis chez lui, les enquêteurs avaient relevé plusieurs symboles nazis. Son téléphone mobile contenait en outre des photos liées à l'attentat de Nice au camion-bélier, qui a fait 86 morts en juillet 2016 dans cette ville du sud-est de la France.

David Ali S., qui avait sélectionné ses cibles à leur apparence sud-européenne, aurait commis ce geste pour se venger du harcèlement dont il était victime de la part d'autres jeunes de son âge, selon les résultats de l'enquête de police.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!