24.03.2018 à 14:59

Le gendarme «a peut-être mis des mains aux fesses»

Polémique

Une journaliste du Figaro s'est attiré les foudres du web pour avoir ironisé sur le héros de la prise d'otages de vendredi.

par
cga
1 / 37
Deux hommes de l'entourage de Radouane Lakdim ont été déférés au tribunal de Paris en vue de leur mise en examen. Ils sont soupçonnés d'avoir fourni des armes à l'auteur des attentats de Trèbes et Carcassonne en mars 2017. (Vendredi 28 juin 2019)

Deux hommes de l'entourage de Radouane Lakdim ont été déférés au tribunal de Paris en vue de leur mise en examen. Ils sont soupçonnés d'avoir fourni des armes à l'auteur des attentats de Trèbes et Carcassonne en mars 2017. (Vendredi 28 juin 2019)

AFP
Six personnes - des membres de l'entourage familial et amical de l'auteur des attaques de Carcassonne et Trèbes avaient été interpellées et placées en garde à vue mardi. Trois d'entre elles ont été mises en examen et placées en détention provisoire, a-t-on appris ce samedi.  La garde à vue des trois autres a été levée. (20 octobre 2018)

Six personnes - des membres de l'entourage familial et amical de l'auteur des attaques de Carcassonne et Trèbes avaient été interpellées et placées en garde à vue mardi. Trois d'entre elles ont été mises en examen et placées en détention provisoire, a-t-on appris ce samedi. La garde à vue des trois autres a été levée. (20 octobre 2018)

AFP
Habitants et proches des victimes étaient rassemblés jeudi dans le sud-ouest de la France pour les derniers hommages et les obsèques des quatre personnes tuées par le djihadiste Radouane L. (Jeudi 29 mars 2018)

Habitants et proches des victimes étaient rassemblés jeudi dans le sud-ouest de la France pour les derniers hommages et les obsèques des quatre personnes tuées par le djihadiste Radouane L. (Jeudi 29 mars 2018)

AFP

Eugénie Bastié, connue pour ne pas avoir sa langue dans sa poche, regrette son «tweet imbécile». Vendredi son message à propos du gendarme Arnaud Beltrame, qui était alors grièvement blessé après l'attaque terroriste survenue dans le sud-ouest de la France, en a fait bondir plus d'un.

En effet, la jeune femme de 26 ans a posté le message suivant vendredi après-midi alors que le bilan officiel de l'attentat était de deux morts: «Ne jugeons pas trop vite cet homme en héros, il a peut-être mis des mains aux fesses à Saint-Cyr».

Cette affirmation fait écho au scandale qui a éclaté concernant le harcèlement moral subi par des jeunes filles au lycée militaire de Saint-Cyr. Immédiatement interpellée par ses nombreux followers, la jeune femme a d'abord tenté de se justifier en évoquant l'ironie (cf ci-dessous) avant de faire machine arrière et de supprimer son message.

Apprenant la mort du gendarme, samedi matin, Eugénie Bastié a fait son mea culpa: «Je regrette profondément mon tweet imbécile. Je n'ai évidemment jamais voulu remettre en cause le courage admirable et l'intégrité incontestable d'Arnaud Beltrame, un héros français. Je présente mes excuses à ceux que j'ai blessé et à mes amis et confrères du Figaro.»

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!