Tennis – Le Geneva Open fidélise ses finalistes et attend Wawrinka

Publié

TennisLe Geneva Open fidélise ses finalistes et attend Wawrinka

Casper Ruud et Denis Shapovalov seront de retour au parc des Eaux-Vives du 14 au 21 mai. «Je garde sa chambre pour Stan Wawrinka», prévient Gérard Tsobanian.

par
Mathieu Aeschmann
Casper Ruud et Denis Shapovalov se retrouveront-ils en finale du Gonet Geneva Open 2022 pour une revanche?

Casper Ruud et Denis Shapovalov se retrouveront-ils en finale du Gonet Geneva Open 2022 pour une revanche?

@gonetgenevaopen

Pour sa septième édition, prévue du 14 au 21 mai sur les courts du TC Genève Eaux-Vives, le Gonet Geneva Open pourra compter sur deux retours de choix: celui du public et celui de ses deux derniers finalistes: Casper Ruud et Denis Shapovalov. Le Norvégien – 8e mondial, quatre trophées sur terre battue en 2021 – reviendra donc défendre son titre et retrouvera sur sa route la fougue du demi-finaliste de Wimbledon (ATP 13), l’homme qui avait poussé Rafael Nadal à la limite des cinq sets en quarts de finale à Melbourne. À deux mois des premiers échanges, l’affiche raconte déjà un certain statut. Et ce n’est peut-être pas terminé. 

«Je suis content de voir les finalistes revenir, cela prouve qu’ils ont aimé notre tournoi, sourit Gérard Tsobanian, patron du GGO. Tant Ruud que Shapovalov ne sont pas venus une fois parce que ça les arrangeait. Leur retour démontre notre faculté à fidéliser.» Et celui qui dirige aussi le Masters 1000 de Madrid d’ajouter. «On fera comme chaque année, en gardant des invitations pour attirer un ou deux grands noms qui auraient perdu trop vite à Rome (la semaine précédente). Cette stratégie a amené Dimitrov, Nishikori, Cilic et Zverev à Genève. Elle fonctionne.»

En contact avec Wawrinka

Même si rien ne sert de spéculer sur l’identité de ce (ces) grand(s) nom(s), une certitude s’impose: ce ne sera pas Roger Federer, lequel poursuit son processus de réathlétisation dans l’espoir de revenir à la compétition durant l’été. Cela étant, la fibre cocardière du public romand pourrait se transférer sur Stan Wawrinka, double vainqueur au parc (2016, 2017), et annoncé à Monte-Carlo (voir plus bas). Le Vaudois pourra-t-il compter sur une wild card des organisateurs? Cette invitation lui éviterait d’utiliser l’un de ses jokers accordés dans le cadre de la règle du «classement protégé».

«On fait même mieux: je lui garde sa chambre à l’hôtel, annonce Gérard Tsobanian. Nous l’avons contacté et, pour l’instant, son intention est plutôt de se reposer la semaine du tournoi. C’est normal d’être prudent lorsque l’on revient de blessure, je comprends. Laissons-le déjà reprendre, retrouver des sensations. Je lui souhaite de pouvoir jouer sans douleur. Il aura alors tout loisir de se projeter. Tout reste ouvert.» Une ouverture qui, il faut l’espérer, débouchera sur des retrouvailles. Car Stan Wawrinka a trop de bons souvenirs sur la terre battue genevoise pour ne pas y puiser l’énergie capable de le ramener vers le plus haut niveau.

Monte-Carlo annonce «Stan The Man»

Actuellement à pied d'œuvre avec des sparring-partners du côté de Monaco, Stan Wawrinka, qui l’avait laissé entendre sur ses réseaux sociaux, devrait bien disputer le Masters 1000 de Monte-Carlo (9-17 avril), qui n’est autre que le premier grand rendez-vous de la saison de terre battue.

A l’occasion du traditionnel déjeuner de presse organisé à Paris, mardi, le patron du tournoi, Zeljko Franulovic, a dévoilé la liste des 45 joueurs admis dans le tableau final mais aussi deux des quatre sportifs invités via une wild card. Parmi eux, le Français Jo-Wilfried Tsonga et donc, le Vaudois, lauréat sur le Rocher en 2014. Pour accompagner le triple vainqueur en Grand Chelem, on retrouvera la crème du tennis mondial puisque tous les joueurs du top 10, dont Novak Djokovic, non vacciné, sont inscrits.

Dans un entretien-fleuve à L'Équipe, au début du mois, Stan Wawrinka avait annoncé vouloir faire son retour à la compétition sur ocre, «pour Monte-Carlo, voire avant». Un ATP 250 est agendé à Marrakech (Maroc) la semaine précédant le rendez-vous monégasque. Y verra-t-on «Stanimal»? JSA

Ton opinion