Actualisé 09.10.2015 à 21:37

CatastropheLe glissement de terrain a fait 253 morts au Guatemala

Un nouveau bilan des secours indique que 400 personnes sont encore portées disparues, une semaine après un glissement de terrain.

1 / 11
Un glissement de terrain a ravagé la semaine dernière un village près de la capitale du Guatemala. Le bilan du nombre de victimes ne cesse de s'alourdir. Aujourd'hui, les autorités font état de 208 morts et 150 personnes disparues. (8 octobre 2015)

Un glissement de terrain a ravagé la semaine dernière un village près de la capitale du Guatemala. Le bilan du nombre de victimes ne cesse de s'alourdir. Aujourd'hui, les autorités font état de 208 morts et 150 personnes disparues. (8 octobre 2015)

Reuters
Le bilan encore provisoire du glissement de terrain au Guatemala, fait état de 161 morts. Les recherches ont repris afin de retrouver d'éventuels survivants. (Mardi 6 octobre 2015)

Le bilan encore provisoire du glissement de terrain au Guatemala, fait état de 161 morts. Les recherches ont repris afin de retrouver d'éventuels survivants. (Mardi 6 octobre 2015)

Jose Cabezas, Reuters
Les funérailles des premières victimes ont déjà eu lieu dans la municipalité de Santa Catarina Pinula. (Mardi 6 octobre 2015)

Les funérailles des premières victimes ont déjà eu lieu dans la municipalité de Santa Catarina Pinula. (Mardi 6 octobre 2015)

Jose Cabezas, Reuters

Le glissement de terrain qui a ravagé la semaine dernière un village près de la capitale du Guatemala a fait 253 morts et près de 400 personnes restent portées disparues, selon un nouveau bilan des autorités.

«Nous poursuivrons nos missions (de recherche des corps, ndlr) durant ce week-end», a annoncé le vice-ministre de la Santé, Israel Lemus, lors d'une conférence de presse.

Une réunion d'experts aura lieu lundi pour décider de l'arrêt ou non des recherches, alors que 374 personnes sont toujours portées disparues, a-t-il annoncé, alors que d'autres sources avaient évoqué ces derniers jours un nombre de disparus se situant autour de 150.

Enquête ouverte

L'arrêt des recherches pourrait être décidé en cas de risque d'un nouvel éboulement, de propagation de maladies ou de fatigue des secouristes, a expliqué Alejandro Maldonado, responsable de la Coordination nationale de lutte contre les catastrophes naturelles (Conred).

Le glissement de terrain avait recouvert, dans la nuit du 1er au 2 octobre, plus d'une centaine de maisons dans un quartier de Santa Catarina Pinula, à une quinzaine de kilomètres de la capitale.

La justice guatémaltèque a ouvert une enquête pour établir les responsabilités dans ce drame.

Aide du Mexique

Les opérations de recherches se poursuivent sur place, avec l'aide d'une unité cynophile mexicaine, mais il est désormais improbable de trouver des personnes encore vivantes sous les décombres, en raison du temps écoulé depuis l'éboulement.

Le site a été interdit à la presse, et l'odeur des corps en décomposition oblige les secouristes, qui ont été vaccinés contre l'hépatite et le tétanos, à porter des masques.

Cette catastrophe est la plus importante qu'ait connue le Guatemala cette année, et son bilan dépasse également celui des tremblements de terre de 2012 et 2014 dans le sud-est de ce pays, qui avaient fait 45 morts au total.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!