Actualisé

NucléaireLe gouvernement bernois veut une date butoir pour Mühleberg

Le gouvernement bernois envisage d'opposer un contre- projet à l'initiative pour un arrêt immédiat de la centrale nucléaire de Mühleberg.

La centrale nucléaire de Mühleberg.

La centrale nucléaire de Mühleberg.

Keystone

Le gouvernement bernois envisage d'opposer un contre- projet à l'initiative pour un arrêt immédiat de Mühleberg. Dans le texte qu'il prévoit de mettre en consultation en janvier 2013 avant de le présenter au Grand Conseil, il proposera une date butoir pour la fermeture de la centrale nucléaire.

Le Conseil-exécutif estime que l'arrêt immédiat de Mühleberg exigé par l'initiative va à l'encontre des politiques énergétiques du canton et de la Confédération. Avec le contre-projet, il fait un pas supplémentaire en direction de sa propre stratégie, a-t-il indiqué vendredi.

Sur le plan politique, il est nécessaire d'opposer un contre- projet, estime le Conseil-exécutif. Il souligne qu'»il sera le premier gouvernement en Suisse à fixer une date butoir pour l'arrêt d'une centrale nucléaire existante et défend ainsi une sortie organisée du nucléaire».

La date de la fermeture doit encore être déterminée. Indépendamment de ce délai, il va sans dire que la centrale devrait être immédiatement mise hors service si la société qui l'exploite ou l'autorité de surveillance n'était plus en mesure d'en garantir la sécurité, ajoute le gouvernement bernois à majorité rose-verte.

L'initiative a été déposée en février dernier. Elle ne comporte qu'une phrase: «en tant qu'actionnaire majoritaire des Forces motrices bernoises qui exploitent la centrale, le canton doit veiller à la mise hors service immédiate» de l'installation sise à une quinzaine de kilomètres à l'ouest de la capitale fédérale.

Plusieurs votations

La démarche des initiants a été motivée par la catastrophe de Fukushima, survenue en mars 2011. La sécurité de la centrale nucléaire de Mühleberg, la plus vieille de Suisse avec une entrée en service en 1972, est depuis longtemps l'objet de controverses. Les citoyens du canton de Berne ont été consultés à plusieurs reprises sur la question.

Lors d'un vote consultatif organisé le 16 février 1992, les Bernois refusaient par 51% des suffrages d'accorder une autorisation d'exploitation illimitée à la centrale nucléaire.

Le 24 septembre 2000, les citoyens rejetaient par 64,3% des voix une initiative cantonale de l'association «Berne sans atome» qui exigeait un arrêt de la centrale de Mühleberg d'ici fin 2002.

Le 13 février 2011, un mois avant la catastrophe de Fukushima, les citoyens du canton de Berne se prononçaient à une très faible majorité pour la construction d'une nouvelle centrale lors d'un vote à titre consultatif.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!