Publié

PaixLe gouvernement birman signe un cessez-le-feu avec les Karens

Le gouvernement birman et la principale rébellion de la minorité ethnique des Karens ont signé jeudi un cessez-le-feu dans l'une des guerres civiles les plus anciennes de la planète.

Une délégation gouvernementale et des dirigeants de l'Union nationale karen (KNU) ont paraphé le document.

Une délégation gouvernementale et des dirigeants de l'Union nationale karen (KNU) ont paraphé le document.

Keystone

Une délégation gouvernementale et des dirigeants de l'Union nationale karen (KNU) ont paraphé le document après plusieurs heures d'entretiens à Hpa-an, principale ville de l'Etat Karen (centre-est).

"Cette réunion ne visait pas seulement un cessez-le-feu mais aussi la paix. Nous allons continuer d'y travailler", s'est félicité le ministre de l'Immigration, Khin Yi.

"Nous avons accepté les principes de ce que la KNU voulait et nous leur avons aussi proposé d'autres discussions".

Le nouveau régime birman témoigne depuis plusieurs mois de sa volonté de dialoguer avec les rébellions ethniques, tout en multipliant les réformes politiques qui le distinguent de l'immobilisme autocratique de la junte au pouvoir jusqu'en mars dernier.

L'espoir renaît peu à peu que le pays en finisse avec des foyers de guerre civile qui se poursuivent depuis 1948, et qui constituent un point de blocage majeur avec les pays Occidentaux. L'armée birmane est notamment accusée de multiplier les exactions à l'égard des civils.

Et des dizaines de milliers de villageois ont été déplacés par les combats en Etat karen, voire réfugiés en Thaïlande voisine.

Un cadre de la KNU, connu sous le pseudonyme de général Johnny, avait exprimé son optimisme jeudi matin. "Ils ne nous ont pas demandé de poser les armes. Ils veulent juste travailler pour l'égalité des droits des groupes ethniques", avait-il déclaré.

"Cette fois, nous leur faisons confiance", avait-il ajouté tout en prévenant: "les combats durent depuis 60 ans et une seule réunion n'y mettra pas fin".

(AFP)

Votre opinion