Québec - Le gouvernement veut contrer le recul de la langue française
Publié

QuébecLe gouvernement veut contrer le recul de la langue française

Au Québec, et à Montréal en particulier, le français semble un peu moins populaire actuellement. Pour y remédier, le gouvernement de la Belle Province a concocté un projet de loi.

Le Québec tient à défendre son identité francophone.

Le Québec tient à défendre son identité francophone.

AFP

Le gouvernement québécois a déposé, jeudi, un projet de loi visant à tenter de freiner le déclin de la langue française dans la province francophone de huit millions d’habitants, notamment dans sa métropole, Montréal.

«La langue française recule et ce, dans plusieurs sphères névralgiques de notre société», a déploré Simon Jolin-Barrette, ministre responsable de la Langue française, en présentant la réforme lors d’un point presse.

Cet ambitieux projet de loi d’une centaine de pages vise à renforcer la Charte de la langue française ou «loi 101», datant de 1977, qui reconnaît le français comme «la langue officielle du Québec» et encadre l’usage de cette langue dans la Belle Province.

Une seule langue officielle, le français!

Le projet de loi 96 a pour objet «d’affirmer que la seule langue officielle du Québec est le français. Il affirme également que le français est la langue commune de la nation québécoise», a expliqué le ministre devant l’Assemblée nationale du Québec.

«Depuis des siècles, la défense du français, c’est essentiel pour la survie et puis le développement de notre nation», a salué le Premier ministre, François Legault, se disant «ému», lors d’un point presse. «Le gouvernement du Québec est le seul gouvernement en Amérique du Nord qui représente une majorité de francophones, et ça vient avec des devoirs», a-t-il ajouté.

Un vrai ministère

La réforme vise notamment à créer un Ministère de la langue française et à nommer un commissaire à la langue française, ayant notamment pour fonction de surveiller l’évolution de la situation linguistique au Québec.

Elle prévoit également d’étendre la loi actuelle aux entreprises de 25 à 49 employés, pour que le français soit la langue utilisée pour communiquer à l’intérieur de l’entreprise; elle protège le droit de travailler en français; elle reconnaît le droit à l’apprentissage du français et limite la proportion des étudiants dans les établissements anglophones d’études supérieures; en outre, elle confère aux consommateurs un droit à être informés et servis en français, et prévoit une prédominance du français dans les affichages commerciaux.

En baisse dans la sphère privée

L’accueil en français dans les commerces à Montréal est passé de 84,2% à 74,6% de 2010 à 2017, selon l’Office québécois de la langue française.

La langue française est aussi en baisse dans la sphère privée dans la province: 71,2% des Québécois avaient déclaré parler cette langue à la maison en 2016, contre 72,8% en 2011, selon Statistique Canada.

(AFP)

Votre opinion

14 commentaires