Publié

Jeux d'argentLe groupe de casinos Partouche en manque de liquidités

Le numéro deux français des casinos, propriétaire notamment des établissements de Divonne (F), Meyrin et Crans-Montana, a annoncé son placement sous procédure de sauvegarde.

L'intérieur du Casino Partouche du Havre.

L'intérieur du Casino Partouche du Havre.

ARCHIVES, AFP

Le numéro deux français des casinos Groupe Partouche a annoncé lundi son placement sous procédure de sauvegarde, après le refus de ses banques et du fonds américain Oaktree de réaménager son crédit syndiqué, dont l'encours atteint 233,7 millions d'euros.

«Nous sommes un groupe rentable qui doit de l'argent et qui peut rembourser. Mais notre pool bancaire, qui a radicalement changé de physionomie ces derniers temps, refuse de renégocier le rythme de nos remboursements pour s'adapter à nos capacités», a déclaré le président du directoire, Fabrice Paire. «On a choisi la procédure de sauvegarde pour obtenir un plan de sauvegarde qui adapte ce rythme», a expliqué Fabrice Paire.

Le tribunal de commerce de Paris a accordé ce feu vert au groupe, qui emploie 5.200 salariés.«C'est malheureux d'en arriver là» mais, dit-il, «je n'ai absolument pas l'intention de marcher dans le sens du fonds américain Oaktree», qui a racheté 38% de la dette de Groupe Partouche auprès de certaines banques dont HSBC et refuse de négocier.

Groupe Partouche exploite 49 casinos - dont 42 en France - ainsi que 20 hôtels, des établissements thermaux, deux golfs et deux plages.

(AFP)

Votre opinion